Présidentielle à Rabat : l’abus du  vote par dérogation des élèves officiers perturbe le scrutin

0
384

Le scrutin présidentiel de ce dimanche a été perturbé par l’irruption des élèves-officiers dans le bureau de vote de l’Ambassade de Guinée à Rabat, où ils auraient tenté d’abuser du vote par dérogation, avec la complicité du président de la commission électorale Ambassade indépendante, un certain Ferebory Condé, a-t-on constaté sur place.

Ce 18 octobre les Guinéens étaient appelés aux urnes pour choisir le prochain président de la république. À Rabat, il était 7h quand le bureau de vote a ouvert ses portes, pour recevoir les bulletins  des  595 inscrits sur les 1141 recensés au Maroc. Le scrutin se déroulait normalement tel que prévu par le code électoral jusque dans l’après-midi, lorsque des dysfonctionnements ont été signalés par les membres du secrétariat fédéral de l’UFDG au Maroc. L’arrivée des élèves officiers en formation dans la ville de Meknès pour voter les aurait irrités et provoqué une courte protestation de l’équipe de supervision de l’UFDG.

Le vote par dérogation prévu par le code électoral en son article 73 mais délimité par un arrêté du 16 octobre de la CENI, indique clairement que le nombre de vote par dérogation par bureau de vote ne devrait dépasser 10. Le nombre d’élèves officiers présents sur les lieux étant largement supérieur à celui indiqué dans l’arrêté, Baldé Amadou Sadjo, secrétaire fédéral de l’UFDG a joint Guinéenews pour signaler les faits. Il soutient mordicus qu’il s’agit d’une mascarade électorale. « Ils voulaient expressément leur faire voter en violation flagrante de l’arrêté signé du président de la CENI lui-même », accuse-t-il.

C’est dans ce tohu-bohu que le vote par procuration qui est illimité a également posé problème au déroulement normal du scrutin. Certaines ont été signées sur place selon le fédéral de l’UFDG alors que la consigne électorale de l’arrêté publié par la CENI prévoit qu’elles soient signées 72 h avant le jour du scrutin.

« Le président de la commission électorale Ambassade indépendante a fait signer des procurations pour toutes les cartes d’électeurs qui n’ont pas été récupérées avant le jour du scrutin par les personnes recensées et les a données à des gens que le RPG a envoyé pour leur faire voter jusqu’à 15h » martèle-t-il au bout du fil.

L’ambiance devient tendue entre-temps,  donnant lieu à une légère altercation qui a  opposé les élèves officiers et les jeunes délégués de l’UFDG. Une scène qui perturbera un moment le suivi normal du scrutin. Mais le président du bureau de vote de Rabat Mory Camara lui, affirme avoir mené à bien sa mission « finalement les militaires n’ont pas pu voter quand nous avons eu vent de l’information concernant l’arrêté sur les dérogations. Pour les procurations aussi nous avons vérifié tous les dossiers et les dates étaient bien conformes aux instructions électorales, c’est-à-dire signés 72 h avant le jour du scrutin. Tout s’est bien passé», assure-t-il.

De son côté, Ferebory Condé président de la commission électorale d’Ambassade indépendante accusé de signer les procurations se défend et insiste sur le fait que : « Il n’y a aucune date sur les procurations qui ne soit pas celle conformément indiquée dans le code électorale, vous pouvez vérifier.  »

Finalement, la fédération a décidé de boycotter le scrutin, en désertant les lieux peu avant la fermeture du bureau de vote. Après ces bisbilles de quelques minutes, le vote s’est quand même poursuivi normalement dans l’enceinte de l’ambassade de la Guinée au Maroc en présence d’une déléguée de l’UFDG jusqu’à 18h heure de fermeture des bureaux de vote.

Au total, ce sont 712 personnes seulement qui auront voté au Maroc au compte de cette présidentielle.

Hafsatou Abass Bah, depuis Rabat