Présidentielle : accusé d’avoir vendu un domaine familial, le candidat de FAC se défend et y voit la main d’Alpha Condé

0
561

Après avoir surmonté l’obstacle du versement de la caution requise pour pouvoir participer à l’élection présidentielle du 18 octobre prochain (800 millions de GNF), le candidat de l’Alliance des Forces pour le Changement (FAC) Dr Maurau Mandjouf Sidibé, n’en a pas encore fini de voir le bout du tunnel.  Car, cette caution qu’il a versée est, depuis quelques jours, sujette à beaucoup de commentaires et de confusions surtout après qu’une dame se réclamant être une de ses sœurs l’ait accusé d’avoir vendu un domaine familial, sis au quartier Almamya, dans la commune de Kaloum. Ce, pour pouvoir payer ladite caution.

Face à cette accusation, le candidat Maurau Sidibé a fait ce samedi une sortie médiatique à Kankan. Muni des documents administratifs, celui qui fait désormais partie des concurrents d’Alpha Condé à la présidentielle du 18 octobre, a battu en brèche ces allégations avant de lancer des piques au RPG et à son candidat.

« Je ne pioche pas dans les caisses de l’Etat et je ne fais pas cotiser les femmes comme certains pour payer ma caution. Si je vends un domaine qui m’appartient pour être candidat, ce n’est le problème de personne. D’autres aspirent devenir président pour avoir des villas. Si moi je vends mon patrimoine privé pour défendre mon pays, je pense que cela ne peut être qu’un acte de patriotisme », s’est ainsi défendu le candidat de FAC.

 A en croire ce transfuge du RPG Arc-en-ciel et ancien maire de Kankan, ces ‘’attaques’’ ne sont pas une simple affaire domaniale qui le vise. Mais plutôt une ‘’tentative strictement politique, planifiée depuis la Présidence de la République pour tenter de discréditer sa candidature.’’

 « A la veille de chaque élection, je rencontre des faux problèmes. Au moment des élections communales de 2018, j’ai été convoqué à Conakry à la gendarmerie sous l’ordre du président de la République Pr. Alpha Condé, pour le même problème domanial. Comme j’étais en compétition avec l’actuel maire Mory Kolofon Diakité… Cette fois-ci pour les élections présidentielles, ils savent que je peux les battre ici, c’est une mise en scène… pour que la Cour constitutionnelle me retire sur la liste des candidats », accuse-t-il à son tour.