Présidentielle au Cameroun : le faible taux de participation est favorable à qui ?

octobre 9, 2018 12:35
0

La machine électorale de Paul Biya est l’une des mieux huilées en Afrique, si elle n’est pas la meilleure, d’où sa longévité (depuis 1982). Il ne s’est pas précipité comme beaucoup de ses pairs qui ont changé leur constitution au goût des bailleurs de fonds en limitant les mandats à 2 de 5 ans chacun pour ensuite vouloir autre chose. Paul Biya est libre de se présenter autant de fois qu’il peut mais le Pouvoir use, il fallait créer une nouvelle situation.

Déjà que des velléités sécessionnistes n’ont jamais cessé d’exister depuis 1972 entre le nord et le sud. En 2015, des enseignants, des magistrats, des juges et autres d’expression française furent envoyés au nord, dans les zones anglophones, pour réveiller chat qui dort afin de troubler l’eau.

On peut encore se demander si tous les 8 candidats de cette présidentielle sont des vrais ou des candidats de pacotille pour un faire valoir à cette élection, la question n’est pas fortuite, puisque John Fundi, qui a toujours représenté le nord a fini par désister au moment où le ‘’Lion indomptable’’ est devenu vieux. N’a-t-on pas entendu aussi Samuel Etoo soutenir publiquement le président sortant ? Cela signifie qu’il n’y a pas de leader politique charismatique notoire digne de tenir le flambeau de l’opposition au nord et la rébellion armée, on le voit, opère en débutante par des opérations sporadiques non coordonnées, mais elle fait de dégâts et elle dissuade les électeurs d’affluer devant les bureaux de vote.

 De là, la conclusion se tire toute seule comme un postulat : ce faible taux de participation discrédite les candidats de l’opposition, dont les électeurs n’auront pas répondu massivement  à l‘appel au changement, le statu quo profite au tenant du titre.

Aussi longtemps que durera la proclamation de ces résultats connus d’avance, Paul Biya, même devenu vieux, restera le ‘’Lion indomptable’’ du Cameroun, et il n’y a pas de contestation qui puisse tenir débout…