Présidentielle au Djibouti : l’émissaire de l’UA, Ahmed Tidiane Souaré revient sur sa mission

0
464

L’ancien Premier ministre guinéen, Ahmed Tidiane Souaré, était le chef de la mission d’observation de l’Union Africaine à l’élection présidentielle de Djibouti. Ainsi au terme de cette élection remportée d’une manière écrasante par le candidat sortant, Ismael Omar Guelleh, il revient sa mission.

Arrivée au pouvoir en 1999, le président de la République sortant de Djibouti, Ismaïl Omar Guelleh a été réélu pour un cinquième mandat avec 97,44% de voix contre 2,56% pour son challenger, le candidat indépendant Zakaria Ismaël Fara. Une élection présidentielle boycottée par une frange importante de l’opposition.

Au cours d’un point de presse animé ce mardi 20 avril par visioconférence, le chef de la mission d’observateurs de l’Union Africaine (UA), l’ancien Premier ministre guinéen, Ahmed Tidiane Souaré, a déclaré que l’élection présidentielle djiboutienne s’est déroulée dans un calme olympien.

Selon lui, « il n’y avait pas eu d’appel à la violence. Par contre, l’opposition avait juste pris sa responsabilité de se retirer du scrutin laissant ainsi à chaque citoyen d’avoir le comportement qui lui sied. C’est pourquoi, après « la proclamation des résultats, il n’y a aucune forme de contestation de rue ».

Au bout du fil, M Souaré a rappelé que la mission qu’il a conduite était composée de 21 personnes, des cadres du continent, des anciens ambassadeurs, des anciens ministres des différents pays. «Dix-huit pays étaient représentés à Djibouti qui comprend cinq régions principales selon le découpage électoral plus la capitale, ce qui fait six. Nous avons déployé des observateurs dans toutes les régions», a-t-il fait savoir.

Interrogé sur la sérénité qui a caractérisé le scrutin, Ahmed Tidiane Souaré dira ceci : « ce n’est pas nous qui avons créé le climat d’apaisement. Nous l’avons trouvé sur place. C’est le fruit des efforts des autorités djiboutiennes notamment les principaux acteurs du processus électoral à savoir les partis politiques, la société civile, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) et les forces de défense et de sécurité auxquels nous rendons un vibrant hommage pour le caractère apaisé de l’élection présidentielle ».

Pour Ahmed Tidiane Souaré, chaque élection se déroule dans un contexte bien déterminé. « Chaque pays a sa propre réalité politique, sociale, économique et culturelle. Ce sont des éléments qui comptent dans le déroulement des institutions. C’est la raison pour laquelle une mission d’observation prend en compte des règlements du pays hôte, c’est-à-dire le pays qui organise l’élection », a-t-il rappelé.

« A Djibouti, nous avons trouvé une situation apaisée qui s’est dégagée depuis la série de rencontres que nous avons eues aussi bien avec l’opposition djiboutienne regroupée au sein de l’Union pour le Salut National (USN), de la mouvance présidentielle et des institutions. Au cours de notre rencontre, l’opposition a déclaré qu’elle ne participait pas à ce scrutin parce que le scrutin intervient à la suite d’un dialogue national dont les conclusions n’ont pas été suffisamment prises en compte dans la totalité par le gouvernement. Elle a également signifié à la mission de l’UA qu’elle est attachée à la paix et qu’elle ne souhaite aucune violence, ni verbale, ni physique pour le peuple djiboutien. C’est un esprit qu’on a salué et c’est dans ce contexte que l’élection présidentielle s’est déroulée le 9 avril 2021 », a précisé Ahmed Tidiane Souaré.

Le chef de mission d’observateurs de l’UA a rappelé que malgré sa médiation, l’opposition a préféré boycotter le scrutin. « L’opposition n’a pas participé à l’élection présidentielle. Mais, il y a avait un candidat indépendant, un challenger du nom de Zakaria Ismaël Fara. Il a battu sa campagne pour une partie de temps et s’est rétracté pour le reste du temps. Il nous a indiqués au cours de notre rencontre que nous avons eue avec lui, qu’il ne comptait plus participer à l’élection au lendemain. C’est là que nous avons entrepris une médiation entre les deux tendances pour pouvoir permettre à M Zakaria d’aller à l’élection afin d’assumer sa candidature. Très malheureusement, tel n’a pas été le cas, il n’a pas voté mais, certains de ses militants ont voté pour lui, ce qui a permis au candidat sortant de remporter avec une large victoire », a-t-il expliqué.

Enfin, actualité oblige ! M. Souaré a présenté toutes ses condoléances au peuple tchadien suite au décès de leur président, le maréchal Idriss Deby.