Présidentielle en Guinée-Bissau: La  campagne électorale se termine sans incident (de notre envoyé spécial)

0
646

Après 15 jours de campagne électorale, les deux candidats au scrutin du second tour de la présidentielle de ce dimanche 29 décembre ont bouclé leur meeting, ce vendredi dans la capitale Bissau dans une  véritable ambiance de fête, avec des militants parés des couleurs de leurs partis respectifs, paradant dans la cité, dans des cortèges, vibrant aux sons de musiques en l’honneur de leurs leaders.

A 16h, le rendez-vous était donné aux différents militants pour suivre le dernier message de leur candidat.

Les partisans de Domingos Simoës Pereira « DSP » du PAIGC (le parti africain pour l’indépendance de la Guinée Bissau et du Cap-Vert) étaient conviés au stade Lino Correia, au centre-ville de Bissau.

Parés des couleurs du parti vert-jaune-rouge, ils  ont pris d’assaut l’intérieur du stade et toutes les rues menant au lieu du meeting.

Quant aux militants de Général Umaro Sissoco Embalo du Madem G15 (le Mouvement pour l’alternance démocratique), ils se sont mobilisés à la place Verte en face du siège de leur parti. Là, la principale Avenue des combattants de la libération de la patrie était envahie de monde, bloquant ainsi le passage aux véhicules qui étaient obligés de dévier, à travers des dédales  des ruelles des quartiers. La tête enturbannée, les militants ont applaudi leur leader, jusque tard la nuit.

Au Stade Lino Correia, Domingos Simoës Pereira a rassuré les électeurs en ces termes: « je suis le seul candidat qui peut assurer l’espoir, la paix, le développement et la stabilité en Guinée Bissau», s’est-il vanté.

Quant au Général Umaro Sissoco Embalo, entouré de ses alliés dont le président sortant José Mario Vaz, il a rassuré les étrangers vivant dans le pays, notamment les Guinéens de Conakry, de les dispenser du paiement des frais de la carte de  séjour.

« Si je suis élu président de la République, je dispenserai tous les citoyens guinéens de Conakry du paiement et de l’utilisation de la carte de séjour. Je supprimerai le laisser passer pour rentrer en Guinée Bissau». Une annonce accueillie par un tonnerre d’applaudissement.Il a aussi promis qu’il remplacerait l’argent amputé des salaires des  enseignants. Umaro Sissoco a accusé son adversaire d’être l’acteur de la division entre les Bissau-guinéens.

La campagne s’est terminée dans les deux camps dans l’apothéose.

 A noter qu’ils seront plus de 700 000 électeurs qui seront appelés aux urnes ce dimanche 29 décembre, un scrutin  de tous les enjeux, pour l’avenir de la Guinée Bissau. Car il devra permettre  de  choisir entre ces deux anciens Premiers ministres, celui qui conduira les destinées de ce petit pays  de l’Afrique de l’ouest, longtemps agité par des crises  au sommet de l’état.

Badicko Diallo, envoyé spécial de Guinéenews à Bissau