Presse : la HAC distribue les premières cartes de presse professionnelle

0
564

Le ministre et porte-parole du gouvernement, Tibou Kamara, a lancé lundi la distribution des cartes de presse professionnelles. La cérémonie organisée en faveur de la journée internationale de la liberté de presse à regrouper commissaires de la HAC, patrons de presse, journalistes, et membres du gouvernement…

En souhaitant la bienvenue aux invités de la HAC, le commissaire Amadou Touré, président de la commission d’attribution des cartes professionnelles, a voulu souligner que la date du 3 mai choisie pour lancer la distribution des cartes de presse n’est pas fortuite. Elle correspond au 3 mai 1991, date de l’adoption de la Déclaration de Windhoek pour une presse libre, indépendante et pluraliste.

Amadou Touré a ensuite indiqué que la commission mise en place le 8 janvier dernier a permis d’enrôler 2 400 journalistes à Conakry et dans les autres régions du pays. Plus loin, Boubacar Yacine Diallo, le président de la HAC, a ajouté que 638 dossiers ont été jugés irrecevables. A date, ce sont 1 600 journalistes qui vont recevoir la carte de la HAC, désormais seul moyen d’identification des journalistes en Guinée.

Selon Boubacar Yacine Diallo, une commission de recours a été mise en place pour faire face à toute revendication des titulaires des dossiers réclamés. La HAC a également décidé de rouvrir l’enrôlement aux journalistes qui travaillent pour des organes sans siège – ce que Boubacar Yacine considère comme une exception guinéenne.

La délivrance de la carte professionnelle de presse est le premier moyen déployé par la nouvelle équipe de la HAC en vue d’atteindre son objectif d’assainir la presse. Selon Yacine Diallo, il a été constaté que la carte de presse professionnelle n’était détenue que par des journalistes de la presse privée (ce qui est contraire à la loi), qu’elle était inaccessible pour certains journalistes à cause de son coût (100 000 GNF) et qu’elle n’était détenue que par des journalistes basés à Conakry.

L’occasion était pour Yacine Diallo de solliciter auprès des autorités guinéennes la facilitation du travail des porteurs de sa carte. Aux journalistes, il les conseille l’humilité dans l’exercice de leur métier. « Journaliste ne rime pas avec arrogance, journaliste ne rime pas avec orgueil… », dira le président de la HAC à ses confrères.

Les patrons de presse, les ministres Mohamed Lamine Fofana et Tibou Kamara ont tous félicité le travail effectué par Yacine Diallo et son équipe. « Je crois que le Président de la République a eu raison de le choisir pour présider les destinées de la HAC », a dit Tibou Kamara.

Le doyen Souleymane Diallo du Lynx, Sanou Kerfalla de l’Association des Radios et Télévisions Libres de Guinée, Sékouba Savané de la RTG, Amadou Tham Camara de l’Aguipel… ont été les premiers journalistes à recevoir la carte de presse professionnelle.

 « Libérté pour Amadou Diouldé Diallo »

La cérémonie a connu également la présence de confrères, qui ont voulu profiter de cette journée pour la liberté de la presse pour réclamer la libération du doyen Amadou Diouldé Diallo en prison depuis février dernier. Sauf qu’ils ont été priés de quitter la salle. Du moins pour ceux qui n’ont pas voulu se débarrasser de leurs brassards rouges. Dehors, ils ont brandi leur banderoles et scandé « Libérez Amadou Diallo… »