voir Plus
    vendredi, 16 avril 2021
    31 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Prison civile de Conakry : Roger Bamba, un militant de l’UFDG meurt en détention

    La listes des victimes politiques s’allonge encore sous le régime Condé. La dernière en date est Roger Bamba, membre très connu du principal parti de l’opposition (ufdg).

    C’est Joachin Baba Millimouno, coordinateur adjoint de la cellule de communication de l’Union des forces démocratiques de Guinée (ufdg) qui l’annonce.

    « Nous avons le regret de vous annoncer le décès de Roger Bamba, communicant de l’UFDG en détention à la maison centrale, célèbre prison du régime Condé, depuis le 6 septembre 2020 sans être jugé. Il a été transporté à l’hôpital Ignace Deen dans la soirée du mercredi 16 décembre pour des soins impératifs où il décédera le même soir… »

    A noter que Roger Bamba était en détention avec d’autres opposants au régime de Conakry qui vient d’investir Alpha Condé pour un nouveau mandat de 6 ans. Ce, après un changement de constitution qui a fait sauter toutes les intangibilités, notamment celle qui limitait le mandat présidentiel à deux en Guinée.

    Parmi les détenus politiques qui continuent de croupir dans les geôles de Conakry et de l’intérieur du pays actuellement, il y a des anciens députés tels que Ousmane Gaoual Diallo et Cellou Baldé, Ibrahima Chérif Bah, vice-président de l’ufdg, Étienne Soropogui du mouvement politique Nos valeurs Communes et Abdoulaye Bah, ancien président de la délégation spéciale à la mairie de la commune urbaine de Kindia.

    Mais sur les circonstances de cet autre décès, une source proche du défunt fait savoir à Guineenews des confidences qui font froid dans le dos. En tout cas, selon notre interlocuteur qui requiert l’anonymat, la mort de Roger Bamba est tout sauf une mort subite. « Il se plaignait depuis plusieurs jours », informe-t-il. Et de poursuivre « qu’avant hier il (Roger  Bamba) est venu dire qu’il ne va pas aux toilettes. On lui a dit d’aller à l’infirmerie. Il est revenu dire qu’on lui a fait une injection. »

    Ce qui aurait surpris son entourage qui, sur fond de soupçons, qui s’interroge en ces termes : « on t’injecte pour des mots de ventre alors que tu ne vas pas aux toilettes, au lieu de te donner du forlax ou un suppositoire? »

    Concernant l’évacuation: « quand la maladie a persisté, ils (les agents de l’infirmerie) l’ont hospitalisé et demandé qu’on cherche à l’évacuer. Toute la journée d’hier, ils ont appelé le responsable du service pénitentiaire qui n’a  donné l’accord d’évacuation de Roger Bamba qu’à 19 heures. Quand on l’a envoyé à l’hôpital, ils sont venus nous demander de payer les frais d’évacuation, et l’ordonnance. Ce qui a fait un peu moins de 900 000 GNF que nous avons payés », dénonce le proche du défunt.

    La même source qui ajoute « qu’à l’Ignace Deen aussi, ils on demandé à ses collègues prisonniers de payer. » Et de déclarer « qu’il y a des gens qui sont malades » parmi les autres détenus politiques, citant des cas comme celui d’Etienne Soropogui, connu de tous.

    A propos de ce qu’on reproche à feu Roger Bamba, notre source, sur fond d’étonnement, évoque une correspondance privée. Et de rappeler que pour d’autres opposants plus connus comme Ousmane Gaoual, il est reproché « la fabrication et la détention d’armes ». Mais ces armes sont où? » s’interroge-t-il. Avant de conclure « qu’ils ne sont même pas capables de t’opposer une déclaration publique… »

    Face à ces graves révélations, Guineenews a tenté de recouper l’information auprès du porte-parole du ministère de la justice qui tentait de soutenir le contraire chez nos confrères d’Espace Fm ce matin. Mais Sékou Keïta n’a répondu ni à notre appel ni réagi au message écrit textuellement: « bonjour mon cher, bien reçu juste quelques moments pour vous envoyer.. Cordialement »

    En attendant, notre source persiste et signe: « quand on te soigne, il te faut payer. » Quant aux conditions générales de détention à la maison centrale, nos informations ont corroboré celles données un peu plutôt toujours sur espace, par l’avocat Maître Mohamed Traoré. Intervenant à la suite de Sékou Keïta du ministère  de la Justice, l’ancien bâtonnier trouve les conditions carcérales indescriptibles. En tout cas, quand il ne s’agit des politiques comme les Ousmane  Gaoual, il y a en qui ressembleraient à des « squelettes ». Et face à leur situation, tu es obligé de mettre la main à la poche, dénonçait-il.

    A noter que Roger Bamba était en détention avec d’autres opposants au régime de Conakry qui vient d’investir Alpha Condé pour un nouveau mandat de 6 ans. Ce, après un changement de la constitution qui a fait sauter toutes les intangibilités, notamment celles qui limitait le mandat présidentiel à deux en Guinée.

    Parmi les détenus politiques qui se comptent par centaines dans les geôles de Conakry et de l’intérieur du pays actuellement, il y a les anciens députés Ousmane Gaoual Diallo, Cellou Baldé, Ibrahima Chérif Bah, vice-président de l’Ufdg, Étienne Soropogui du mouvement politique, Nos valeurs Communes et Abdoulaye Bah, ancien président de la délégation spéciale à la mairie de la commune urbaine de Kindia.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE