Privées de la MUFFA, les femmes de Tougué interpellent la clémence d’Alpha Condé

mai 17, 2019 10:43

La Mutuelle financière de la femme africaine (MUFFA), est une initiative présidentielle pour venir en aide des femmes pour leur autonomisation. Cette initiative fait du chemin dans certaines préfectures et soulagent celles-ci.

A Tougué, depuis l’arrivée du président de la République le 16 Septembre 2015, on parle de cette MUFFA, mais rien n’est encore concrétisé. Dans une interview que la présidente des femmes leaders de Tougué nous a accordée, elle a vivement souhaité l’installation de la MUFFA à Tougué.

« Les femmes de Tougué sont très courageuses, mais il nous manque de moyens et de soutien. Si nous bénéficions de la MUFFA à Tougué, nos groupements et Sérès pourront accéder à des crédits pour pouvoir réaliser certaines activités génératrices de revenus. Malheureusement, on nous a longtemps parlés de cette initiative présidentielle mais nous n’avons rien vu pour le moment », a-t-elle interpellé.

Poursuivant son intervention, hadja Mariama Diouldé Barry a lancé un appel au président de la République : « nous lançons un appel au président de la République pour venir en aide aux femmes de Tougué pour avoir leur MUFFA. Nous sommes courageuses, mais les moyens nous manquent énormément. Si on nous assiste, je suis convaincu que le développement de Tougué sera une réalité. »

Dans un passé récent, la direction préfectorale de la jeunesse était à pied d’œuvre pour que la MUFFA et la MC2 soient mises en place à Tougué. Interrogé par notre rédaction, le Directeur Préfectoral de la Jeunesse, Saïkou Oumar précise : « a un moment, le ministre de la Jeunesse nous a demandés de faire le répertoire des associations et groupements et de déposer à son niveau, mais nous n’avons là aussi aucune suite favorable pour le moment. »

Le préfet de Tougué, El hadj Abdourahamane Baldé a, quant à lui, mis l’accent sur l’importance de la création d’une MUFFA pour les femmes : « la création d’une MUFFA pour les femmes de Tougué serait une bonne chose pour le développement socioéconomique de la préfecture. On ne peut pas parler de développement sans les femmes. Car, du point de vue représentativité, elles sont les plus nombreuses. Elles contribuent énormément au bien-être des familles. »

En attendant que la MUFFA ne soit une réalité à Tougué, les femmes passent par des tontines soit journalière, hebdomadaire ou mensuelle pour subvenir à certaines de leurs besoins.