Procès de Foniké Menguè: La défense et le ministère public se tiraillent au sujet d’un CD

0
718
Photo prise sur sa page facebook
Oumar Sylla, alias Foniké Menguè est à la barre ce jeudi 6 août 2020. Arrêté depuis le 17 avril dernier, cet agriculteur, acteur de la société civile, est poursuivi pour « Menaces, notamment de violences et de mort, de nature à troubler l’ordre public » et « divulgation de fausses informations ».
Devant le président du tribunal de première instance de Dixinn, le responsable de la mobilisation du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) se dit être un citoyen engagé et un jeune révolutionnaire qui défend la population et la jeune démocratie qui serait, selon lui, très menacée avec  » le projet funeste  » de troisième mandat.
« Je ne suis pas un prisonnier parce que j’ai fait du mal, mais je suis un prisonnier politique de M. Alpha Condé. […] En tant qu’acteur de la société civile, en tant que citoyen engagé, on ne peut pas croiser les bras [par rapport à la situation actuelle du pays.] »
A la demande du ministère public et de la défense, le président du tribunal a joint les deux affaires pour lesquelles Foniké Menguè est poursuivi.
Parlant du premier dossier, celui de divulgation de fausses informations, le ministère public a lu des propos attribués au prévenu, mais ce dernier ne les a pas reconnus tout comme les faits pour lesquels il est en taule depuis le 17 avril.
Mais le procureur de la République affirme qu’il existe un scellé, donc un CD sur lequel se trouveraient gravés ces propos. Mais la défense, qui dit n’avoir pas eu connaissance de ce CD durant toute la procédure rejette ce scellé.
Car selon elle, il n’a été présenté au juge d’instruction que les deux téléphones de Oumar Sylla que les policiers ont pris sur lui.
A suivre