Procès de l’assassinat de Mme Boiro: vers l’audition des parties civiles et témoins

0
413

L’audition de Mohamed Diallo (ou Cissé ?) alias Junior, le dernier des 13 accusés dans le procès sur le double assassinat de Mme Boiro et Paul Temple Cole, s’est terminée ce lundi 26 novembre au tribunal de première instance de Dixinn.

Comme la semaine dernière, l’accusé est resté dans la négation des faits. Parfois aidé par son avocat Me Jean-Baptiste Jocamey Haba, Junior a affirmé qu’on veut le sacrifier. «Les hautes autorités (de la police et de la gendarmerie) avaient d’ailleurs  dit que je serais jugé et condamné…», a-t-il dit. Plus loin, il dira : « je ne cherche pas à convaincre un homme dans cette affaire. Je l’ai dit et je le répète, je ne connaissais  pas l’existence de  cette femme (Mme Boiro) sur terre… La vérité sera connue devant Dieu.»

Me Jocamey a indiqué que son client n’a jamais été cité par ses co-accusés. Aucun d’eux n’aurait dit qu’il connaissait l’homme qui se dit marié à une femme depuis près de 14 ans et père de quatre enfants. Tout ce qu’Alpha Oumar Bah alias Mbewa (l’un des accusés) aurait dit de Junior dans son procès-verbal établi en 2012 serait : « j’ai fait la connaissance du nommé Junior suite à une panne de sa voiture 4×4 entre Taouyah et Ratoma ». Pour l’avocat, son client est donc accusé à tort dans cette affaire. Me Jocamey a fait dire à son client qu’on ne devrait pas accorder du crédit aux dénonciations de Mohamed Conté alias  Souka. Ce condamné à une peine afflictive et infamante qu’il a toujours accusé d’être celui qui a été manipulé par les autorités policières pour qu’il (lui Junior) soit arrêté en 2015…

L’audition de Junior s’est terminée sur une note d’insatisfaction des avocats de la partie civile qui ont voulu demander des précisions à l’accusé. Mais le juge Ibrahima Kalil Diakité a préféré renvoyer l’affaire au 03 décembre prochain pour l’audition des parties civiles et des témoins. En tout cas, Me Salifou Béavogui reste convaincu que c’est bien lui, ce Junior qui a été arrêté le 4 décembre 2012 à Conakry  avant de s’évader de la prison et d’être arrêté de nouveau à N’Zérékoré en 2015. Mais pourquoi il s’appelle Mohamed Diallo au lieu de Mohamed Cissé qui a été arrêté à Conakry en 2012 ? « Il ne trompe que vous les journalistes. Mais nous, à notre niveau, la question est déjà réglée. Sa vraie  identité c’est Mohamed Cissé et non Mohamed Diallo », a répondu lors d’une interview au sortir  de la salle d’audience