Procès des membres du FNDC : A Coyah, le vice-maire Ousmane Camara et cie déjà au tribunal

0
700

Le bras de fer entre le régime de Conakry et les anti-troisième mandat regroupés au sein du front  national pour la défense de la constitution (FNDC) se fait aussi sur le plan judiciaire. Dans les tribunaux de Conakry et de certaines villes de l’intérieur, s’ouvre ce mercredi le procès des membres du front national pour la défense de la constitution mis aux arrêts avant et pendant les manifestations.

Au tribunal de première instance de Coyah, six (6) accusés sont attendus dont le vice-maire de la commune urbaine, Ousmane Camara. C’est Maître Moussa Diallo, l’un des avocats à la défense qui nous donne l’information.

Contacté par Guineenews©, l’avocat informe qu’il est reproché à ses clients « d’avoir participé à une manifestation non autorisée sur la voie publique » selon les articles 621, 622, 627 et 628 du code pénal.

« Mais, précise Maître Moussa Diallo, dans la plupart des juridictions de notre pays sont déférés des  citoyens qu’on dit avoir été arrêtés lors des manifestations alors qu’ils ont quasiment tous été arrêtés bien avant ».

Par ailleurs, il faut noter un élan de solidarité des avocats guinéens aux membres du front national pour la défense de la constitution, dont les ennuis judiciaires sont vus comme de la persécution politique.

C’est ainsi que des avocats dont l’ancien bâtonnier Me Mohamed Traoré se sont constitués de façon bénévole pour défendre les Guinéens arrêtés et renvoyés devant les tribunaux pour avoir participé à la protestation contre le projet de changement de la constitution ou bien pour en avoir déclaré l’intention.

A propos des tribunaux concernés  par ce procès, il s’agit de Dixinn, Mafanco, Kaloum, Coyah, Dubreka et Mamou.

Nous y reviendrons.