Projet de nouvelle Constitution : Pour l’UFDG, Alpha Condé est « coincé » à l’international

0
206

Le président Alpha Condé s’est entretenu, le 13 septembre, avec le Secrétaire d’Etat américain, Pompeo. Le chef de la diplomatie américaine et le président guinéen ont échangé sur l’organisation des prochaines élections législatives. M. Pompeo, dans son tweet, a affirmé avoir dit au président guinéen qu’il souhaite une transition régulière et démocratique en Guinée : «Bienvenue au président guinéen Alpha Condé au département d’État aujourd’hui. Nous avons discuté des prochaines élections en Guinée et j’ai réaffirmé la nécessité cruciale d’une transition régulière et démocratique du pouvoir pour une démocratie florissante. Nous sommes impatients de travailler ensemble pour faire progresser notre relation solide. »

Le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo a retweeté le tweet de Pompeo en affirmant que c’est un signal fort qui vient d’être envoyé au président Alpha Condé : « A travers leur Secrétaire d’Etat Pompeo, les Etats-Unis réaffirment leur soutien  à l’alternance démocratique en Guinée et envoient un signal fort à Alpha Condé contre son projet de 3èmemandat par un changement illégal de Constitution. Merci de défendre la démocratie. »

Lors de l’assemblée générale de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), samedi 14 septembre, le vice-président dudit parti, le Dr Fodé Oussou Fofana, a affirmé que la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a demandé au chef d’Etat guinéen de renoncer à son projet : « Vous savez qu’il (Alpha Condé, ndlr) a rencontré ses homologues de la CEDEAO. Le président du Nigeria l’a dissuadé. Il lui a dit clairement que ce n’est pas la peine d’essayer de modifier la Constitution pour se maintenir au pouvoir. Donc au nom de la CEDEAO, il a reçu un message. »

Plus loin, il est revenu sur le voyage du président Alpha Condé aux Etats-Unis dont les dirigeants n’auraient pas approuvé l’intention de changer la Constitution en vigueur : « M. Alpha Condé est allé aux Etats-Unis. Il a été accueilli par les gens qu’il a envoyés là-bas. Il a été accueilli même par le sous-préfet de Kassa. Vous savez que les Etats-Unis, on ne peut absolument rien dire d’eux, ce sont des gens qui respectent la démocratie, les droits humains. Il a forcé pour avoir un rendez-vous. Et le rendez-vous qu’il a eu, c’est avec le Secrétaire d’Etat. Ce dernier lui a dit dans un langage clair et simple ‘’nous Etats-Unis, nous nous battons pour des transitions apaisées. Nous ne pouvons pas accompagner des chefs d’Etat qui veulent instaurer la dictature’’. »