Projet ROSCED : Tenue des cadres de concertation entre Organisations de la Société Civile et Autorités Locales dans les régions de Labé et Mamou

septembre 8, 2019 8:49

Dans l’optique de la mise en œuvre du projet ROSCED (Renforcement des Organisations de la Société Civile pour la Création d’Emplois Durable) cofinancé par l’Union européenne, Plan International Guinée a organisé des journées de cadre de concertation entre Organisations de la Société Civile (OSC) et Autorités Locales dans les régions de Mamou et Labé. Ces rencontres concernent l’activité 3 de l’axe 4 du projet.

A Mamou, Michel Kamano, le directeur de la mise en œuvre des programmes de Plan International Guinée revient sur le cadre d’intervention de son Institution. « Plan International en tant qu’organisation internationale humanitaire, œuvre pour un monde  juste qui fait progresser les droits des enfants et l’égalité pour les filles. Ce quatrième axe concerne l’amélioration et la structuration du dialogue entre Organisations de la Société Civile  et Autorités Locales et permettra de faciliter l’intégration des interventions des partenaires dans la mise en œuvre de la politique de décentralisation et du développement local des communautés », précise-t-il.

« L’objectif du projet ROSCED vise le renforcement des capacités et l’opérationnalisation des organisations de la société civile en vue d’en faire des acteur clés d’un développement social durable bénéficiant à tous, mais aussi des intermédiaires entre les autorités locales et les populations », souligne Souleymane Leno chef du projet ROSCED.

Mamadi Diaré, le secrétaire général chargé de l’Administration, représentant le préfet, présidant l’ouverture de l’activité s’est réjoui de la tenue de ces concertations. « Pour moi ce présent cadre de concertation est d’une importance capitale et répondra aux besoins réels des différents  acteurs ici présents. Car la tenue régulière de ces cadres au sein de nos collectivités permettra d’assurer une meilleure communication entre OSC et Autorités Locales sur les différentes interventions qui s’opèrent dans leurs localités en matière de développement local participatif durable, prenant en compte la dimension création d’emplois. Aussi, de définir et mettre en place un mécanisme consensuel de pérennisation des acquis du projet ROSCED avec une participation des tous les acteurs locaux. Ensuite, de clarifier les rôles et responsabilités de chaque partie (OSC et Autorités Locales) dans le maintien de la paix et la cohésion sociale au niveau des leurs localités respectives. Puis, d’échanger sur les préoccupations prioritaires des localités en vue de s’accorder sur des mécanismes fonctionnels adaptés à la résolution des difficultés pour un développement durable. Et enfin, mettre en place un cadre de concertation opérationnel dans chaque préfecture », indique-t-il.

Pour bien solder les concertations, les participants des différentes préfectures (Labé, Pita et Mamou) sont les OSC, les secrétaires généraux chargés des collectivités décentralisées, les DMR, Les COC, les maires et les agents de développement Local ont travaillé en groupe autour des thèmes suivants :

•  Organisation et fonctionnement d’une OSC dans la mise en œuvre d’une activité au sein d’une commune.

•  Rôles et responsabilités des élus dans le processus de développement socio-économique d’une commune.

•  Rôle des services techniques dans le processus socioéconomique d’une commune.

•  Définition des différents types/ cadres de concertation pour le développement local

A l’issu des différents travaux de groupes, il a été recommandé de :

–       Faire le suivi régulier des OSCs et les collectivités dans la mise en œuvre de leurs activités de développement ;

–       Mettre en place une plateforme de concertation régulière entre les différents acteurs de développement

–       Créer un mécanisme de communication entre les acteurs de développement

–       Partager les délibérations issues du cadre de concertation

–       Partager les documents stratégiques de convention des partenariats

–       Assurer le contrôle citoyen de l’action publique.

Le projet ROSCED est mis en œuvre par Plan International Guinée. Il est cofinancé par l’Union européenne et Plan International Allemagne à hauteur de 1 million 111 mille 111 EURO (soit 11 milliard 280 million 801 mille 514 GNF) dont 90% la part de l’Union européenne. Il est mis en œuvre par Plan International Guinée pour une période de 24 mois, allant du 1er juin 2017 au 31 octobre 2019.

Les principaux axes d’intervention de ce projet sont :

–          Le renforcement des capacités techniques, matérielles et institutionnelles des organisations de la société civile ;

–          Le soutien aux organisations de la société civile pour générer des emplois pour les jeunes (filles et garçons) et les personnes vulnérables ;

–          La mise en place de Groupements d’épargne et de crédit, destinés à favoriser la création d’activités génératrices de revenus et éventuellement de micro-entreprises ;

–          L’amélioration et la structuration du dialogue entre les organisations de la société civile et les autorités locales.