Propagation de la fièvre aphteuse en Guinée : plus de 16 préfectures touchées (officiel)

octobre 10, 2018 8:36
0

Apparue en république de Guinée au mois de juin dernier, la fièvre aphteuse continue de gagner du terrain sur le territoire national. À la date du 19 septembre 2018, ce n’est pas moins de 16 préfectures et 63 sous-préfectures qui ont été touchées par cette maladie qui continue de décimer des dizaines et des dizaines de bovins dans la région administrative de Labé, a appris Guinéenews.

Docteur Mamadou Malal Baldé, le directeur régional de l’Elevage de Labé tente de retracer l’apparition de cette maladie dans la région: « la fièvre aphteuse est rentrée en Guinée ça fait environ 4 mois et ça fait près de deux mois depuis qu’elle a touché notre région. C’est la préfecture de Mali qui a été touchée en première position à travers d’abord la sous-préfecture de Balaki qui est limitrophe de la république du Sénégal. Ensuite, de là-bas, ça a touché la sous-préfecture de Lébekerin toujours dans la préfecture de Mali. Après Mali, la maladie a touché la préfecture de Labé et dans la commune urbaine. Au niveau de la commune urbaine, il y a eu beaucoup de quartiers et de secteurs qui ont été touchés. Il y a Nassrounlaye, Poreko, Dionga, Madina, Domby et tant d’autres. Après, il y a eu dans la sous-préfecture de Tountouroun, dans les districts de Tounny et de Cambaya. Puis au niveau de Mali, ça a progressé et ça a touché la sous-préfecture de Dougountounny au niveau du district de Badougoula, qui est limitrophe à la préfecture de Lélouma précisément la sous-préfecture de Linsan Saran. Donc la maladie est venue dans Linsan Saran, ensuite Manda Saran, ensuite Thiaguel Bori puis Lafou », entame-t-il.

Pour ce qui est des symptômes, docteur Malal Baldé explique : « la fièvre aphteuse, comme son nom l’indique, elle se présente par la présence d’aphtes au niveau de certaines régions du corps, principalement au niveau des voies nasales, au niveau de la cavité buccale, au niveau de la glande mamelle, au niveau des espaces interdigitaux, c’est-à-dire les sabots. Ensuite, au niveau du cou, là où la peau se replie. Principalement, c’est à ce niveau que siègent les aphtes. Maintenant, les animaux les plus réceptifs sont les bovins et un peu les caprins et les ovins. Et au niveau de ces espèces aussi, les jeunes sont les plus fragiles », soutient le spécialiste.

Sur les statistiques, le directeur régional de l’Elevage a dit: « à la semaine du 19 septembre en Guinée, il y avait 16 préfectures qui étaient déjà atteintes et 63 sous-préfectures parce que presque chaque semaine, la direction nationale du service vétérinaire nous envoie la situation épidémiologique nationale. À cette époque, Lelouma n’était pas touché, les sous-préfectures de Toutouroun, Dougountounny, Linsan, Manda, Thiaguel Bori, Lafou n’étaient pas touchées. Donc, la dissémination de la maladie augmente tous les jours. Ainsi, le département est en train de prendre des mesures pour enrayer la progression de cette maladie », rassure-t-il.

Pour l’instant, le bilan des bêtes ayant succombé à la maladie n’est pas disponible et jusqu’à ce jour, il n’a pas été prouvé que l’homme soit réceptif à la fièvre aphteuse. À en croire le directeur régional de l’Elevage de Labé, cette maladie n’est pas transmissible à l’homme. Selon lui également, c’est la première fois que cette maladie s’est déclarée en Guinée.