Propagation du COVID-19 : Dr Faya met à l’index Alpha Condé

0
578

« Le pays est en guerre contre le COVID-19. Il appartient à chacun de nous d’apporter une solution pour obtenir une victoire rapide contre cette maladie avant qu’elle ne commence à endeuiller notre peuple. Levez-vous comme un seul homme contre ce virus, en enterrant les différences qui nous démobilisent et en évitant des déclarations et publications d’intox qui perturbent notre élan et nos choix stratégiques« .

Ce sont là les propos tenus en substance par le président Alpha Condé qui instituait par la même occasion le port obligatoire des masques à partir du samedi 18 avril, en vue de briser la chaîne de propagation du virus.

Et comme il fallait s’y attendre, la réaction de l’opposition n’a pas tardé. Sans y aller avec le dos de la cuillère, le président du Bloc libéral prend le chef d’État lui-même pour responsable de la propagation du Coronavirus en Guinée.

D’entrée, le Dr Faya Lansana Millimouno fait noter que Alpha Condé, il n’a jamais été question de respect de la Constitution, ni de respect de la loi.

« Il a toujours été question de manœuvres lui permettant de continuer à s’éterniser au pouvoir. La Constitution que nous défendons (et même le machin que lui-même défend comme étant la nouvelle Constitution) lui interdit de proroger un Etat d’urgence. C’est de la compétence de l’Assemblée nationale. Dans la mesure où l’interprétation qu’il a faite de sa Cour constitutionnelle est de dire que tant qu’il n’y a pas une nouvelle Assemblée, il n’y a absolument rien qui pourrait empêcher que les dispositions sanitaires soient prises pour faire exercer ce pouvoir à l’Assemblée nationale. Ce qui fait que pour beaucoup qui ont cru en lui, c’est une preuve supplémentaire qu’en réalité, Alpha Condé n’a jamais cru à la démocratie et à l’État de droit », martèle le président du Bloc libéral qui ajoute par la suite que pour le président Alpha Condé, la loi n’est qu’un encombrement qu’il faille repousser pour passer.

Parlant, des nouvelles mesures annoncées par le chef de l’Exécutif guinéen, notre interlocuteur, au bout du fil, dit les avoir suivies.

« Le drame dans ça, c’est qu’au moment où son seul intérêt était de se faire un semblant de référendum, mon parti avait fait une déclaration (celle n°73) l’invitant à prendre les dispositions pour éviter à la Guinée et aux Guinéens, ce virus. Il a ignoré. Et lorsque nous avons vu que des cas commençaient à se faire signaler à Conakry, le Bloc libéral est revenu à la charge pour publier une autre déclaration demandant la mise en quarantaine de la ville de Conakry, parce qu’il n’y avait pas encore de cas signalés à l’intérieur du pays. Ce qui aurait été une manière de protéger l’arrière-pays. Aujourd’hui, les faux chiffres qu’on est en train de donner ne doivent impressionner personne. Les Guinéens que nous sommes, nous ne savons pas quel est le niveau de contamination des compatriotes au Coronavirus », fait remarquer Dr Millimouno.

A ce jour, l’opposant, au regard du rythme avec lequel grimpe la maladie, déclaré ne pouvoir que demander aux Guinéens de se protéger et de protéger leurs familles.

Réagissant aux propos d’Alpha Condé qui demande d’altérer les différences et d’agir dans le sens du combat contre le COVID-19, Dr Faya Millimouno répond:

« Ce n’est pas à lui par ailleurs de demander qu’on mette de côté la partisanerie, parce qu’il avait continué à en faire. C’est au moment où nous sommes en train laborieusement de travailler à sensibiliser les Guinéens par rapport au virus qu’il est allé de l’avant pour promulguer son machin qu’on appelle nouvelle Constitution. Et au moment où nous parlons maintenant, c’est la chasse à l’homme à N’Zérékoré« , condamne-t-il en guise de conclusion.