Propos «ethnocentristes»: Me Béa dit tenir des preuves tangibles contre Ousmane Kaba

août 6, 2018 6:15
0

 « […] Et même le général Sékouba Konaté doit être associé, puisqu’il a été celui qui a donné le pouvoir au Manding, car les autres voulaient aussi le pouvoir ».

Ces propos sont attribués à Dr Ousmane Kaba, président du PADES et député à l’Assemblée nationale. Il les aurait tenus sur une radio privée de Kankan, il y a quelques jours.

Jugeant ces propos  » dangereux  » pour la paix et l’unité du pays, Cellule de la société civile a saisi le Procureur général et le Procureur de la République près le tribunal de première instance de Dixinn.

« Nous avons besoin de la paix. Aucune nation ne peut se construire dans le désordre. Et la paix, ce n’est pas un vain mot. C’est un comportement. Chaque Guinéen doit avoir un langage constructif, s’éloigner des propos régionalistes, des attitudes propagandistes de nature à saper l’unité nationale, à opposer à travers des propos, les uns aux autres. C’est pour cette raison, chaque fois que la liberté est menacée, que les règles qui gouvernent l’Etat de droit sont menacées, qu’il est question de défendre la nation, les lois de la République, le Barreau, à travers les avocats, s’est toujours engagé corps et âme, parce qu’étant la sentinelle de l’Etat de droit. La liberté d’expression est consacrée par nos lois, mais on n’a pas le droit de tenir des propos qui soient de nature à envenimer la situation », a affirmé Me. Salifou Béavogui avocat de ladite Cellule de la société civile, lors d’une conférence de presse organisée ce lundi 6 août 2018.

Brandissant un compact disc (CD), Me Béa soutient y détenir des éléments sonores tenus le 31 juillet dernier dans lesquels se trouve ce pourquoi le tribunal a été saisi: « Le 31 juillet 2018, un honorable député, de surcroit leader de parti politique, étant à l’intérieur du pays, notamment en Haute Guinée, s’adressant à une radio privée de la place, je vais parler de la radio Milo FM, a tenu des propos qui ont été transcrits sur CD que je détiens ici. Dans sa communication du 31 juillet, cet honorable député a tenu les propos  suivants :  » […] Et même le général Sékouba Konaté doit être associé, puisqu’il a été celui qui a donné le pouvoir au Manding, car les autres voulaient aussi le pouvoir. » En faisant lecture de ces propos, eh bien, aucun Guinéen ne peut rester tranquille. C’est une déclaration profonde qui est mise à l’analyse de tous les Guinéens. »

Plus loin, l’avocat à la Cour rappelle qu’en Guinée, seul le peuple donne le pouvoir et les urnes sont l’unique voie par laquelle le pouvoir peut être acquis: « Ici en Guinée, le pouvoir est donné par le peuple et de façon démocratique dans les urnes à travers les règles démocratiques, à travers un scrutin. Autrement dit, c’est le peuple de Guinée, dans sa souveraineté tout entière, à la suite d’un scrutin démocratique organisé conformément au code électoral, qui donne le pouvoir. Ce n’est pas un homme qui donne le pouvoir. Donc affirmer que « le général Sékouba Konaté doit être associé puisqu’il a été celui qui a donné le pouvoir au Manding car les autres aussi voulaient le pouvoir »…

Ce n’est pas tout ce qui est reproché au Dr Ousmane Kaba. L’avocat fait savoir que le président du PADES doit être à la barre pour dire à l’opinion publique qui sont ces Guinéens qui seraient prêts à détruire des poteaux par le courant électrique doit passer pour arriver à Kankan: « En expliquant pourquoi il a insisté sur les barrages en Haute Guinée, au final on lui propose de transporter l’électricité par les poteaux de Kaleta à Kankan. Il explique : ‘’si vous acceptez qu’on transporte l’électricité par les poteaux, nous savons tous comment la Guinée est assise. D’autres viendront couper les fils  ». Nous avons besoin de l’auteur de ces propos à la barre du tribunal pour qu’il vienne nous dire qui sont les Guinéens ou quels sont les Guinéens qui vont déterrer les poteaux, détruire les poteaux qui vont servir de transport de l’électricité pour la Haute Guinée qui est une partie intégrante de notre République unique et indivisible. »

Dans les médias, le De Ousmane Kaba a affirmé que ses propos ont été mal transcrits et qu’il y aurait un groupe de personnes qui en veulent à sa peau. Mais il aura probablement l’occasion de réfuter les accusations portées à son encontre devant la justice.