Prorogation du mandat des députés : la colère d’Abdourahmane Sano, président de la PCUD

janvier 13, 2019 2:26

«…Il faut prendre des initiatives appropriées pour que ne puisse être possible l’expérience du Congo…»

La société civile guinéenne à travers la PCUD (Plate-forme des Citoyens Unis pour le Développement) vient de hausser le ton suite à la prorogation du mandat des députés. Selon Abdourahamane Sano, le président de la PCUD, « c’est une situation très regrettable et même un recul pour la démocratie de notre pays ».

En effet, M. Sano dit ne pas comprendre et estime dommage qu’on soit arrivé à une situation où l’Assemblée nationale n’a plus de légitimité. « Nous regrettons profondément et condamnons que cela soit arrivé », a-t-il fait savoir au téléphone de Guinéenews©.

Si le parti au pouvoir, le RPG-Arc-en-ciel, juge constitutionnelle cette décision présidentielle de proroger le mandat de l’Assemble nationale, Abdourahamane Sano a rappelé qu’il y a toujours des problèmes d’incohérence dans nos textes juridiques. D’ailleurs, a-t-il indiqué, « cela amène des failles qui permettent des décisions qui n’ont aucun sens ».

De toutes les façons, il a fait comprendre que le problème ne se pose pas à ce niveau. Pour lui, il s’agit de savoir comment nous sommes arrivés à ne pas organiser les élections à date comme d’ailleurs tous les autres pays de la sous-région. « Comment la Guinée a-t-elle été incapable d’organiser les élections à date qui devraient permettre le renouvellement du Parlement », s’est-il interrogé.

Ce glissement de calendrier électoral pourrait-il affecté la date de l’élection présidentielle, Abdourahamane Sano est clair : « Les Guinées ne sont pas dupes. Les gens pensent que le glissement du calendrier des élections pourraient être une solution ou une des hypothèses pour maintenir le statu quo. J’estime que c’est une situation dangereuse, si tel est le cas. De toutes les façons, il faut prendre des initiatives appropriées pour que ne puisse être possible l’expérience du Congo. »