Prostitution et immigration irrégulière: ce que le ministre de la Jeunesse entend faire pour endiguer les fléaux

février 16, 2019 7:06

La prostitution  et l’immigration irrégulière étaient, entres sujets ayant dominé le premier numéro de la plateforme périodique d’échanges entre les gouvernants et les jeunes qui s’est tenu le 15 février à la Maison des jeunes de Kaloum. Un numéro qui a été animé par le ministre de la Jeunesse, Mouctar Diallo.

Sur le premier sujet, le ministre de la Jeunesse se dit conscient de la flambée du fléau dans notre pays. Pour lui, l’une des causes dudit fléau est la pauvreté excessive, le chômage et le déficit d’opportunité en faveur des jeunes.

 «Ceux ou celles qui se livrent à cette pratique le font souvent par contraintes. C’est pourquoi, en accentuant la lutte contre le chômage, en continuant à créer le maximum d’opportunités en faveur des jeunes tout en les occupant, nous allons justement et naturellement aussi lutter  contre ce problème. Il y a aussi la sensibilisation qui est un des moyens sur lesquels le ministère de la Jeunesse et l’Emploi des Jeunes agit. Nous allons y travailler afin que cette activité soit bannie ou réduit au minimum possible.  Au-delà qu’elle pervertie la jeunesse guinéenne, elle a également son cortège de malheurs notamment la maladie pandémique SIDA et autres», a-t-il expliqué.

 S’exprimant sur la migration irrégulière, le ministre Mouctar Diallo a annoncé que son département est en train de travailler avec les partenaires à tous les niveaux notamment l’Union Européenne qui, a-t-il rappelé, vient de financer un important programme appelé INTERGRA qui a pour objectif principal  de lutter contre ce fléau majeur qui est en train de vider la Guinée de sa jeunesse et de ses bras valides.

 «La jeunesse est la force du présent et l’avenir du pays. Mais très malheureusement, les jeunes sont tentés par l’aventure en empruntant le chemin de la migration irrégulière. Nous constatons que beaucoup de jeunes en meurent et beaucoup d’autres se retrouvent dans les difficultés qui les sortent des cadres de succès, de réussite et d’épanouissement. Nous travaillons avec l’OIM (Organisation Internationale de la Migration) et le programme INTEGRA pour voir comment nous allons fixer les jeunes non seulement à Conakry mais aussi, à l’intérieur du pays à travers des actions concrètes de réussite. Beaucoup d’actions sont en train d’être faites pour lutter contre la migration irrégulière», a-t-il également répondu.