Protection de l’environnement : La jeunesse de Lélouma passe à l’action

avril 10, 2018 10:35
0

Ils ont été nombreux ces jeunes à répondre à l’appel dimanche dernier pour le curage de l’une des plus importantes rivières de la commune urbaine. Depuis l’alerte lancée par rapport à la protection de l’environnement il y a quelques temps, les jeunes notamment ceux de l’une des associations la plus active de la localité ont décidé de prendre le taureau par les cornes pour l’assainissement des lieux publics.

Cette rivière était devenue un véritable dépotoir d’ordures. Des morceaux de tissus, des pneus, des plastiques, des troncs d’arbres et autres ordures envahissaient le lit du cours d’eau  empêchant l’eau de couler normalement. Et pour lutter contre la menace qui pèse sur cette rivière, les jeunes d’une association de la localité se sont donnés rendez-vous les dimanches pour assainir les lieux.

Le directeur préfectoral de l’environnement présent à ce rendez-vous, n’a pas manqué d’encourager les initiateurs de ce projet afin de continuer dans ce cadre de la protection de l’environnement avant d’appeler tout le monde d’œuvrer dans ce sens pour le bien-être des populations.

« Je ne ferais que féliciter et encourager ces jeunes. Les activités qu’ils mènent vont vraiment dans le cadre de la protection de l’environnement. Ils font des sensibilisations, du reboisement et de l’assainissement. Le curage qui s’effectue ici aujourd’hui c’est une très bonne chose. C’est salutaire. Nous aussi, au niveau de la direction de l’environnement, nous les accompagnerons en fonction de nos moyens. Aux populations, je leur demande de ne plus jeter des ordures sur la rivière. C’est ce qui empêche l’eau de couler et quand l’eau ne coule pas, ça cause des dommages à l’environnement et c’est ce qui entraine l’ensablement du cours d’eau », explique Mamadou Lamarana Diallo.

Le président de l’association qui a été à la base de cette initiative quant à lui, est revenu sur leur motivation avant de mettre en garde ceux qui sont en train de transformer cette rivière en dépotoir d’ordures.

« Nous nous sommes dit que si cette anarchie sur la rivière continue comme ça sans qu’on ne fasse rien, les générations qui viendront 50 ans après n’entendront de cette rivière que de nom. C’est pourquoi, nous avons jugé nécessaire de prendre soin de la rivière. Nous sommes en train d’enlever ici toutes sortes d’ordures. On pensait même qu’il n’y avait pas assez d’eau mais nous avons compris que ce sont ces ordures qui bouchent le cours d’eau. C’est une dégradation totale de la rivière », déplore Thierno Sadou Diallo avant d’ajouter : « au terme de ces activités, toute personne que nous prendrons en train de jeter des ordures sur le lit du cours d’eau, aura à faire avec les autorités qui sont déjà alertées », conclut-il.

« La vie des populations du centre-ville ici est intimement liée à cette rivière. C’est un cadeau de Dieu et nous devons en prendre soin. Je me demande comment serait la vie ici sans cette rivière. Et voyant ce que ces jeunes sont en train de sortir sur le lit de ce cours d’eau, je dirais tout simplement que ceux qui mettent ces ordures ne réfléchissent pas. Je demande à tout le monde à se mobiliser et à s’impliquer davantage dans la gestion rationnelle de ce trésor », sollicite Moustapha Baldé tête de liste de l’union des forces démocratiques de Guinée pour briguer les reines de la mairie au niveau de la commune urbaine.

Tous les jeunes avec lesquels nous avons pu échanger, la motivation reste la même. Multiplier les sensibilisations et faire des efforts pour que cette rivière retrouve son image d’antan.