Protection du réseau routier : Le Parlement adopte l’Acte additionnel de la CEDEAO

0
517

L’Assemblée nationale a adopté vendredi, 25 octobre 2019, l’Acte additionnel de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur les poids lourds et charge à l’essieu. Cette décision vise à réduire les dégradations du réseau routier. 11,5 tonnes, c’est la charge maximale à l’essieu fixée par la CEDEAO pour les essieux simples porteurs.

Selon le rapporteur de la commission Aménagement du territoire et transports de l’Assemblée nationale, Pépé Toupou, l’application de cet Acte additionnel requiert des dispositions particulières que les Etats membres doivent prendre. « C’est pourquoi le texte prévoit une période de transition d’un an. Les six premiers mois seront consacrés à l’acquisition des matériels de pesage et leur opérationnalisation, le reste de l’année sera destiné à la mise en place et à l’opérationnalisation des systèmes de contrôle. Un moratoire de 12 mois est également prévu pour l’application des amendes », a-t-il fait savoir.

Cet Acte additionnel permettra à la Guinée de renforcer la protection de ses infrastructures routières. Il permettra entre autres, de doter le pays d’équipements tant fixes que mobiles destinés au contrôle de gabarit, de poids et de charge à l’essieu des véhicules ; d’augmenter considérablement la durée de vie des ouvrages ; de réduire les accidents de la circulation routière ; de générer des recettes substantielles pour soutenir le budget national ; d’amorcer la professionnalisation du secteur des transports.

Pour la mise en application de cet Acte additionnel, les Etats de la CEDEAO ont des obligations à remplir. Chaque Etat membre doit installer ou faire installer des équipements de contrôle de charges et de gabarits à des postes fixes sur les axes routiers inter-Etats ; disposer de pèse-essieux mobiles pour des contrôles inopinés ; faire installer des équipements de contrôle aux sorties des villes et plateformes générant un fret routier annuel pour véhicule lourd de 200 mille tonnes ; contrôler régulièrement ces équipements aux fins de s’assurer de leur fonctionnement normal ; autoriser les véhicules immatriculés dans d’autres Etats s’ils remplissent les conditions édictées dans cet Acte additionnel d’accéder à son territoire.

Dans le cadre du contrôle,  il est exigé à chaque Etat la délivrance de certificat de vérification de la charge et du gabarit du véhicule avec mention de son poids total en charge, les charges de tous les blocs d’essieux et son gabarit, la réception technique de tout véhicule avant son immatriculation et mise en circulation par l’administration compétente de chaque Etat.

Pour justifier l’importance de l’adoption de l’Acte additionnel par les députés, le ministre des Travaux publics, Moustapha Naité, a révélé le coût annuel des agressions des routes en Guinée : « Selon les études des experts de l’Union européenne effectuées en 2017, le coût des agressions causées aux routes en Guinée est estimé à environ 60 milliards GNF par an. »