QG de l’UFDG : Cellou Dalein constate les dégâts causés par les forces de l’ordre

0
422

Dix jours, c’est le temps que le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo, a fait sans mettre pieds au quartier général (QG) de son parti. Quand il a annoncé sa victoire le lundi 19 octobre à l’issue du scrutin de dimanche, l’ANAD, l’alliance qui l’a soutenu, a expliqué, le mardi, comment la commission électorale du parti a fait pour compiler les résultats. Peu après cette conférence, des forces de l’ordre ont investi les lieux à la recherche de procès-verbaux et preuves de cette « victoire ».  Ces agents ont défoncé les portes, « emporté des ordinateurs et des documents » et ont arrêté deux agents de maintien d’ordre du parti.

24 heures après la levée du siège à son domicile, Cellou Dalein reçoit un appel du ministre de la Sécurité, Albert Damantang Camara, l’informant qu’il peut accéder à ses bureaux dès ce vendredi 30 octobre.

Et ce vendredi, Cellou Dalein, accompagné d’un huissier et d’un avocat, est venu constater les dégâts causés par les forces de défense et de sécurité.

« Hier (29 octobre 2020, ndlr), c’est à 21h que j’ai eu l’appel du ministre de la Sécurité, Damantang, qui me dit qu’à partir d’aujourd’hui je peux accéder à mes bureaux. Evidemment, la qustion que je lui ai posée c’est pourquoi tant de haine et de violences contre moi et pourquoi ces expéditions punitives dans mes locaux et dans mon domicile. Bien entendu il n’avait pas de réponse », a affirmé le président de l’UFDG, avant de dénoncer la destruction opérée à son QG et au siège de son parti : « Cette violence exercée contre ma personne et cette destruction opérée dans mes bureaux n’avaient aucune base légale. Je suis frustré de voir mon pays sombrer dans une dictature. Alpha Condé, pour faire passer le hold-up électoral qu’il a préparé, a décidé de déclencher une campagne de violences et d’intimidation contre le vrai vainqueur de cette élection. Une brigade mixte qui relève de la Présidence de la République, qui comprend des gendarmes, des policiers et des bérets rouges, ils sont venus ici forcer le portail, forcer les portes des bureaux et ont emporté des documents et les ordinateurs sans aucune base légale. Ils sont allés au siège du parti. Ils ont mené la même opération. Ils ont détruit tout le système de sonorisation et puis ils se sont installés là. »

Cellou Dalein annonce qu’il a déjà porté plainte pour ces différentes destructions opérées au QG et au siège du parti.

Lire vidéo: