Quand une visite de Damaro au groupe Sonoco met à nu une grave tare du ministère de Zénab Dramé

1090

« … Au cours de nos échanges, le PDG du groupe Sonoco, Mamadou Saliou Diallo a attiré notre attention sur un fait qui peut paraître banal… Depuis la création de cette industrie, ils n’ont jamais reçu une délégation du ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle pour pouvoir leur poser la question sur leurs besoins, pour pouvoir l’adapter aux besoins de formation dans le pays. »

Le président de l’Assemblée nationale, Amadou Damaro Camara, accompagné d’une forte délégation de son institution, a visité ce mercredi 10 février les installations du groupe SONOCO à Sonfonia, dans la commune de Ratoma.

Après avoir effectué le tour de l’usine, le chef du Législatif guinéen a décliné à la presse l’objet de visite de cette unité industrielle qui s’inscrit, dit-il, dans un processus initié par le Parlement guinéen. « Il s’agit de prendre contact avec les industriels du pays, les soutenir et les encourager dans leur action. C’est dans l’industrie qu’il y a la création de richesse et de la valeur ajoutée », a affirmé le président de l’Assemblée Nationale.

En tant que praticien, Amadou Damaro espère, à travers cette initiative, cerner les attentes des interlocuteurs rencontrés afin de mieux leur apporter l’aide du parlement dont ils sont en droit de recevoir.

Dans le même sillage, Damaro a indiqué que la fin de ces différentes visites sera sanctionnée par un rapport circonstancié qui sera adressé au président de la République, au Premier ministre, chef du gouvernement et pour ce cas précis, au ministre de l’Industrie et des petites et Moyennes Entreprises (PME).

« Nous n’allons pas nous limiter aux unités industrielles, nous allons étendre ces genres de visites aux industries minières et aux industries agro-pastorales », a-t-il rappelé.

Poursuivant, il a fait comprendre que pendant les débats d’orientation budgétaire à l’hémicycle, ils inviteront ces praticiens pour venir partager avec eux, leurs préoccupations.

« … Pendant les débats d’orientation budgétaire à l’Hémicycle, nous inviterons ces praticiens pour venir partager avec nous leurs préoccupations… Par ailleurs, au cours de nos échanges, le PDG du groupe Sonoco, Mamadou Saliou Diallo a attiré notre attention sur un fait qui peut paraître banal. Depuis la création de cette industrie, ils n’ont jamais reçu une délégation du ministère de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle pour pouvoir leur poser la question sur leurs besoins, pour pouvoir l’adapter aux besoins de formation dans le pays. Il a attiré notre attention que dans le cadre du travail, il y a une certaine taxe que les industriels paient aux expatriés qu’ils font venir dans le pays. Dans son objectif, c’est pour protéger la main d’œuvre locale, mais il faut bien qu’elle existe. Quand il y a des épidémies, ces expatriés peuvent rentrer comme il a été le cas avec la maladie hémorragique Ebola. Ceux qui n’ont de main d’œuvre qualifiée, peuvent se trouver dans la position d’arrêter le travail », a-t-il expliqué.

Pour sa part, le PDG du groupe SONOCO, Mamadou Saliou Diallo a vivement remercié la délégation de l’Assemblée nationale. Pour lui, il faut que chacun travaille pour le développement de notre pays. « Quand les grands pays se rencontrent, on parle de sommet des pays industrialisés… Le développement industriel est l’avenir de notre pays », a-t-il martelé.

Lire vidéo:

Facebook Comments