Que pense le GIEC sur l’accommodement économie-écologie ?

0
443

On peut se demander si les experts sur le climat s’entendent sur les conclusions à mettre sur la place publique. En tout cas, le président de l’Assemblée Nationale française, François de Rugy, vient de quitter ce poste pour le ministère de la Transition Ecologique. Alors que Nicolas Hulot avait pleuré pendant une semaine entre le regret et le remords d’abandonner le climat à son sort et de ne pouvoir rien faire pour lui.

A ce moment, un groupe d’experts internationaux sur le climat avait publié une étude faisant accroire que la transition énergétique ferait gagner ou économiser des milliards de dollars (pour appâter Donald Trump, peut-être).

Cela avait fait tiquer certains observateurs. Voilà que le GIEC  (groupe d’experts intergouvernemental  sur l’évolution du climat) revoit sa copie un peu tardivement pour tirer la sonnette d’alarme à deux mains  et prôner un changement fondamental dans le mode de vie des sociétés de consommation, sans parler explicitement de stopper l’économie de marché et la recherche de la croissance, principale tueuse de l’Ecologie.

Même cela, le GIEC semble demander un peu trop aux économies des Etats, mais dans le fond, il ne demande que le minimum. Toutes les énergies, fossiles ou renouvelables, produisent la chaleur. Les combustibles fossiles de multiples compositions chimiques produisent la chaleur et les gaz combinés à effet de serre, les énergies renouvelables ‘’dites propres ’’, si elles ne dégagent pas de gaz combinés à effet de serre dans la production de l’énergie, elles provoquent la production du CO² et d’autres éléments à effet de serre contenus dansles minerais divers et de leur gangue. Toute combustion, qu’elle soit avec de l’énergie solaire ou éolienne ou hydro-électrique, produit du CO².

Parler de la voiture électrique ou du vélo rallongerait tant soit peu le délai, certes, mais ce n’est qu’une fuite en avant puisque la production d’une voiture ou d’un vélo électrique, dans toutes les phases de production,  nécessitent la production des gaz à effet de serre.

Même si l’humanité restait inerte, sans rien creuser, sans rien cuire, sans rien produire et sans faire la guerre jusqu’en 2030, la destruction du climat continuerait de façon automatique et inexorable. Le nombre d’avions, de voitures et d’engins à moteurs circulant dans le monde actuellement suffit largement à provoquer l’irréversibilité des choses. Limiter la hausse de la température à 1,5 degrés  ne signifie pas seulement la suppression de la combustion du charbon, mais il faut diminuer de 50% toutes les combustions et productions industrielles journalières actuelles, tout en plantant le maximum d’arbres que faire se peut pour absorber le CO². Mais ça, c’est une autre paire de manches.

Que contient le rapport du GIEC, qui puisse contrer le document des écologistes qui ont vanté la transition énergétique comme une opportunité, à l’intention de la prochaine COP ? Qui sont ces autres écologistes ? Le contenu du rapport du GIEC est-il applicable par les Etats, déjà que les recommandations de la COP de Paris sont une mer à boire pour faire partir Donald Trump ?