Que signifie le dernier avis de l’OMS qui ne relèvera pas le niveau de risque de l’épidémie ?

0
249

Le 17 février, l’Organisation mondiale de la santé a tenu une conférence de presse à Genève pour présenter la dernière situation de l’épidémie de pneumonie à nouveau coronavirus. Lors de la réunion, le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que la pneumonie à nouveau coronavirus n’est pas une épidémie mondiale et que l’OMS ne relèvera pas le niveau de risque mondial.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus a déclaré le 17 que le nombre de nouveaux cas de à nouveau coronavirus en Chine est en baisse, ce qui constitue pour l’OMS une base importante pour maintenir l’évaluation précédente de la situation épidémique. Selon les statistiques de la Commission nationale de la santé et de la médecine de Chine, pendant la journée du 17 février, 79 nouveaux cas ont été confirmés dans toutes les régions du pays à l’exception du Hubei, qui non seulement est revenu dans une fourchette à deux chiffres mais a également marqué une diminution pour la 14e journée consécutive. Les « 14 baisses consécutives » montrent que les puissantes mesures de prévention et de contrôle prises par la Chine ont obtenu des résultats significatifs.

Tan Desai a souligné qu’actuellement en dehors de la Chine, l’OMS a reçu la confirmation de 694 cas et 3 décès en provenance de 25 pays. Le chef du programme d’urgence sanitaire de l’OMS, Michael Ryan, a déclaré qu’aucune transmission communautaire évidente n’a été observée en dehors de la Chine. Tout cela montre que les principaux cas sont toujours concentrés en Chine, et que les efforts considérables de la Chine ont empêché la propagation mondiale de l’épidémie. Face à la maladie, il est nécessaire de prendre des mesures de prévention et de contrôle scientifiques et rationnelles, mais la « réaction excessive » de certains pays à l’épidémie, notamment envers la Chine, est clairement inutile.