Que sont-ils devenus ? Aly Sylla, des Espoirs de Coronthie, parle du répertoire et des projets du groupe

0
1430

Aly Sylla alias ‘’100songs’’ est né en 1985 à Coronthie, il est fils de feu Naby et de feue Bountou Soumah, Il est marié à 1 femme et père de 4 enfants, tous des garçons. Il a débuté ses études primaires à l’école de Sandervalia et celles secondaires au collège château d’eau et celui du 28 septembre dans la commune de Kaloum et ce, jusqu’en 8ème année, où tout a basculé à cause de l’amour qu’il a eu très tôt pour la musique.

Chanteur leader de l’ensemble les ‘’Espoirs de Coronthie’’ en compagnie de Bouba Mènguè et de  Ibrahima Sory Dondon Touré ‘’Machété’’, ces leads vocaux ont des carrières artistiques presque analogues.

Des études qui ont basculé à cause de la musique, Aly Sylla ‘’1001songs’’, s’est très tôt éloigné du chemin de l’école au profit de la mélodie traditionnelle.

‘’100songs’’ a tout d’abord appartenu au groupe des ambassadeurs de Coronthie en compagnie de feu Ablos Touré. Au départ de ce dernier pour se lancer dans la carrière solo, ‘’100songs’’ a rejoint ses ainés des ‘’Etoiles de Boulbinet’’ pour aiguiser ses armes. Il apprendra auprès de ceux-ci, la maitrise et la confection des instruments traditionnels. C’est là où, il fera la connaissance de Ibrahima Sory Dondon Touré ‘’Machété’’, qui évoluait dans le groupe des ‘’étoiles de Boulbinet junior’’.

Une amitié sincère fleurira entre les deux artistes et finalement, ils rejoindront leur quartier natal de Coronthie où évoluait un autre groupe du nom de ‘’ les Eperons’’. Afin d’éviter toutes concurrences et étant du même quartier, l’idée de fusionner les deux ensembles aboutira et sous la complicité de Baba la castille et feu Aly Badara Diakité, le groupe sera renommé les ‘’Espoirs de Coronthie’’.

5 albums sur le marché et 2 maxi-singles constituent la discographie de cet ensemble traditionnel, arrosé de succès et sur le plan national, continental et international.

Après plusieurs rendez-vous ficelés et manqués pour causes d’occupations et de sollicitations pour interviews au niveau de plusieurs radios de la place, finalement, l’artiste s’est déplacé pour rejoindre la rédaction de Guinéenews à Kipé. Il s’est livré aux questions de la rédaction.

Dans cette interview, l’artiste nous parle de sa carrière solo, de sa vie intime pour taire des rumeurs. Il lègue de précieux conseils aux jeunes pratiquants des instruments traditionnels. ‘’100songs’’, rassure sur l’intérêt de son nouveau penchant pour la musique tradi-moderne et décrit ses projets et ceux de son groupe ‘’Les espoirs de coronthie’’.

Guineenews© : Un parcours jumelé à ceux de tes pairs leads vocaux des ‘’Espoirs de Coronthie’’. Pouviez-vous nous parler de votre carrière solo ?

Aly Sylla ‘’100songs’’ : Après que nous ayons pris la décision commune d’évoluer chacun en solo, j’ai pu produire pour le moment 1 seul album titré ‘’N’Tara nyonyo’’ et 1 maxi single. Je vous rappelle aussi qu’en featuring, j’ai posé ma voix sur plusieurs albums des artistes guinéens. Je peux citer Yarie Touré que j’ai accompagné à plusieurs reprises dans ses albums,  Saran Cissoko, M’Balou original dont l’album n’est pas encore sorti ainsi que Katenin Dioubaté ‘’Chéka’’. Après la sortie de l’album de Ibrahima Sory Dondon Touré ‘’Machété’’, le groupe compte revenir et proposer un album au public guinéen qui, apparemment, s’inquiète autour de notre union.

Guineenews©:   Parlons de l’élégante chanteuse Katènin Dioubaté ‘’Chéka’’. Des rumeurs courent autour de vos relations. Pouviez-vous nous éclairer la lanterne à propos ?

Aly Sylla ‘’100songs’’ : Je vais encore taire ces rumeurs à travers cette interview. Au début, s’étaient des relations artistiques sur le plan du travail. Progressivement, les cœurs atteints, nos relations sont maintenant amicales et intimes. C’est la volonté de Dieu et on s’accroche à cela.

Guineenews©: Vous aviez demandé et obtenu sa main ?

Aly Sylla‘’100songs’’: Pour le moment non ! J’espère que le processus mis en cours aboutira à la satisfaction du couple, puisque chaque partie est consentante et grâce à DIEU nous parachèverons ce projet qui, nous tient à cœur.

Guineenews© : En compagnie des Espoirs de Coronthie et en carrière solo, vous avez eu du succès et une célébrité est évidente. Sur le parcours racontez- nous un beau et mauvais souvenir que vous retenez ?

Aly Sylla‘’100songs’’ : Mon plus beau souvenir est bien évidemment le jour de la dédicace de notre premier album ‘’ le Patriote au Palais du peuple’’. C’était une première pour l’ensemble du groupe et vu l’affluence, franchement nous n’avions pas pu retenir les larmes. C’est un jour inoubliable pour moi.

Le plus mauvais souvenir qui m’a toujours marqué, c’était lors d’une de nos participations à un festival en Allemagne et c’était en 2012. C’est le jour même de notre prestation que j’ai perdu ma mère. Les collègues musiciens sont restés discrets là-dessus jusqu’à la fin du spectacle. Du lieu de spectacle à l’hôtel, j’ai senti un calme qui régnait et qui n’était pas habituel après nos spectacles. Plus tard, avec courage la nouvelle me fit annoncer. C’est le plus mauvais souvenir de ma vie.

Guineenews© : Aujourd’hui et partout d’ailleurs, l’on rencontre des jeunes qui jouent aux calebasses, aux gongomas et autres instruments traditionnels. Cette pratique est essentiellement consacrée à la mendicité. Quel est votre point de vue et avez-vous des conseils pour ces jeunes ?

Aly Sylla‘’100songs’’ : Ce sont des instruments qui sont aujourd’hui utilisés par plusieurs jeunes dans la capitale et qui vont dans les maquis, les cérémonies de réjouissances pour juste trouver de quoi vivre. Je conseillerai à ces jeunes de ne pas se lancer dans les travers sociaux en utilisant ces instruments qui sont sacrés. Il faut qu’ils travaillent dans le domaine musical en vue de perpétuer la pratique et hisser plus haut la musique traditionnelle guinéenne. Il faut qu’ils apportent du sérieux dans la pratique de ces instruments.

Guineenews© : Vous aviez récemment opté pour la musique tradi-moderne comparativement à vos débuts avec les Espoirs de Coronthie. Qu’est ce qui explique le choix de cette nouvelle tendance ?   

Aly Sylla‘’100songs’’ : On a toujours besoin d’évoluer et le contact avec l’extérieur n’est pas mauvais en soi. Je suis partisan du développement du folklore guinéen et je suis enraciné à mes valeurs culturelles. Qu’à cela ne tienne, l‘assemblage en musique avec d’autres rythmes ou mélodie étrangers permet à l’artiste de s’adapter à tous les genres musicaux. C’est magique de se retrouver entre deux mélodies distinctes et les différents accords qui en découlent permettent de mieux chanter. Ce que je déteste, c’est de se diriger dans la pratique vers les emprunts.

Guineenews© : C’est certain que le groupe n’est pas disloqué ? Peut-on savoir vos propres projets et ceux de l’ensemble ?

Aly Sylla‘’100songs’’: C’est la même question qui revient depuis que nous avions opté pour des carrières solos. Tout va dans l’ensemble et personnellement, je viens de signer un contrat de 2 ans avec la maison de production et distribution digitale ‘’Jaiye Music groupe’’, ce qui du coup, me contraint à respecter ma carrière solo, sans que cela ne porte préjudice à ma carrière avec mon groupe.

Au niveau des ‘’Espoirs de Coronthie’’, nous avons tellement de projets en commun, qui nous engagent à vivre toujours ensemble. Bientôt notre album en groupe sera disponible et qui a pour titre ‘’La légende’’. Le centre culturel fougou fougou-Faga faga est une de nos initiatives, que nous comptons encore mieux mettre en valeur et surtout, le projet de Dubréka qui certainement permettra à chacun de nous de s’épanouir avec sa famille. Pour l’instant, ce sont les projets visés et qui sont en cours.

Guineenews© : Pouvez-vous nous parler de votre album ‘’La légende’’ qui est en chantier et dont la sortie est prévue très prochainement ?

Aly Sylla‘’100songs’’ : C’est une manière pour nous de suivre les traces de nos ainés ou nos papa musiciens des années 70. Vous savez ce que continue d’incarner cette musique guinéenne qui a un glorieux passé. Nous avons fouillé dans les tiroirs et retenus quelques anciens titres que nous allons revaloriser et cette fois-ci dans le registre traditionnel. Personnellement, je suis en train de travailler sur les titres ‘’Rio pongo’’ de feu Fodé Conté et ‘’Tinkisso’’ de feu El Hadj Sory Kandia Kouyaté. Vous serez agréablement surpris inchallah !

Guineenews©: Les dreads ou Rasta sur la tête n’étaient pas votre look. Quelles sont les raisons de ce newlook ou êtes-vous un artiste engagé ?

Aly Sylla‘’100songs’’: Pour les dreads, j’avoue que c’est pendant les séjours prolongés lors de nos concerts à l’extérieur, que j’ai adopté ce look. Je n’avais pas eu le temps de me coiffer et pour couper court, j’ai opté pour cette mode de coiffure.

Par ailleurs, d’une part je suis un artiste engagé et si vous écoutez nos albums, vous remarquerez que c’est moi qui chante le plus souvent les thèmes qui font recours aux faits de sociétés. Je ne fais révolter personne et ce sont les faits vécus qui sont retracés et soutenus par de sages conseils pour les uns et les autres.

Guineenews©: Il est très difficile pour un père de famille de choisir parmi ses enfants le plus aimé. Quel est l’album des Espoirs de Coronthie le plus adoré par vous ?

Aly Sylla ‘’100songs’’: Sans doute, c’est l’album ‘’Duniya i giri’’. C’est cet album qui nous a propulsés et nous a octroyés tout le succès. Pendant deux mois, en retraite pour fin de répétition à Lambanyi chez mes parents, nous avions mis le sérieux pour travailler cet opus qui a terrassé tout sur son passage. Comme le nom de l’album l’indique, c’est le destin (’’ Dunya i giri en susu’’).

Guineenews©: Qu’est-ce que donc le succès pour vous ?

Aly Sylla ‘’100songs’’: Le succès pour moi est une opportunité de préparer l’avenir.

Guineenews©: Agé de 35 ans, il ne vous soûle pas le succès ?

Aly Sylla ‘’100songs’’ : le succès ne me soûle pas. À des moments, il y a des bagarres autour de moi, occasionnées par les filles ou les femmes qui exagèrent. Le succès ne m’a jamais dominé car, je prends le temps de me reposer, de faire mon sport pour mon équilibre moral et mental. Je pense que c’est ce qui m’a conduit jusque-là où je suis.

Guineenews© : Profitons de la belle vie pendant que nous sommes vivants. Pensez-vous à la mort à ce jeune âge ?

Aly Sylla ‘’100songs’’: (rires) Oui, je pense à la mort et quand j’y pense trop, du coup, je vais cesser de vivre ma vie. La mort, c’est la fin de la vie.

Entretien réalisé par LY Abdoul.