Que sont-ils devenus ? La « Gazelle » Awa Touré de la RTG sort du bois et ouvre son cœur à Guinéenews

0
3232

‘’Présentement je suis moins active au niveau de la RTG Koloma où je ne figure, pour le moment, pas sur la nouvelle grille de programmation. Alors que je suis restée longtemps à la maison sans aucune émission. Que faire d’autres sinon que de continuer à se battre afin de pouvoir se valoriser partout ou besoin se fera sentir’’.

Mme Camara Awa Touré est née à Dalaba en 1962. Fille de feu El hadj Abdoulaye et de feue Aissata Koïta, Awa Touré est mariée et est mère de 4 enfants dont 3 garçons et 1 fille.

Mme. Camara a fait ses études primaires à Dalaba, celles secondaires à Conakry et précisément au C.E.R Dramé Oumar (Korékobiya) puis au Lycée au C.E.R de Bonfi où elle a obtenu ses deux bacs pour enfin être orientée à la FASSONAD (Faculté des Sciences Sociales et de la Nature de Donka), option Biologie. Suite au succès après le concours d’accès au second degré, elle fut spécialisée en microbiologie à l’Institut Gamal Abdel Nasser de Conakry.

Après la soutenance sur le thème : ‘’Etudes des propriétés antibactériennes du Dialium guinéensis (Willd) ou le ‘’Mokè’’, le nom d’une plante en langue vernaculaire soussou, Awa Touré, loin de penser à embrasser ce métier qu’elle exerce depuis plus de 33 ans, s’était retrouvée en premier lieu dans une pharmacie. Puis, elle s’est retrouvée comme chargée de cours de Biologie au niveau du collège du C.E.R 14 mai.

Aujourd’hui, moins active qu’auparavant au niveau de la RTG où elle a accumulé tout ce grand prestige derrière le micro en qualité d’animatrice culturelle, encore persévérante et consciente de sa ‘’marginalisation’’, s’accroche au métier.

La ‘’gazelle’’ ou ’’l’hirondelle’’ des studios a reçu Guineenews à son domicile, au quartier Enta-Fassa dans la commune de Matoto.

Guinéenews : microbiologiste de profession, comment êtes-vous venue dans ce métier de journaliste et décrivez-nous votre parcours ?

Awa Touré : après l’université, j’ai eu vraiment la passion de ma profession surtout au niveau de la pratique dans les laboratoires. Le journalisme n’était pas dans mon programme ni dans ma pensée.

J’ai été coopté par Alassane Mohamed Diakité qui était un camarade de promotion. Un jour, il viendra m’informer de la nouvelle d’un recrutement de journalistes au niveau de la RTG. J’avoue que ma première réponse fut non. Car, je lui disais que les journalistes aiment trop parler (rires). Mais ne voulant pas rester à la maison et sur insistance de mon camarade de promotion, j’ai finalement accepté au vu de ses arguments qui étaient quand même solides.

J’ai commencé par le studio école où j’ai retrouvé assez de mes camarades d’écoles de la FASSONAD. Cette retrouvaille m’a davantage motivé. J’ai foncé droit vers cette nouvelle aventure. On m’appréciée pour ma diction et la lecture. J’ai aussi excellée dans d’autres domaines de formations qu’on nous a enseignés notamment, le montage, le reportage, les magazines et autres.

C’est après toutes ces étapes que j’ai commencé à franchir les portes du studio et passer sur les antennes. D’abord dans les ‘’avis et communiqués’’, ensuite l’animation de l’émission ‘’Kaloum midi’’ que dirigeait Issa Condé qui vraiment m’a appris toutes les techniques d’animation. Je me rappelle un jour pour la petite anecdote, très crispée, Issa condé me dira ceci : « écoute Awa ! Quand tu es derrière le micro, fait semblant comme si tu caressais un homme ». Cela m’a paru bizarre et franchement je me suis attelé à la tâche et finalement, j’ai formé un impeccable duo avec Issa Condé qui a bien servi les auditeurs dans ‘’Kaloum midi’’. Après ‘’Kaloum midi’’, j’ai eu à animer les émissions ‘’Bonjour les enfants’’, ‘’le monde ou la ronde des peuples’’, ‘’le mardi des amoureux’’, ‘’Questions à l’auditeur’’ et tant d’autres.

Parallèlement aux émissions culturelles que je présentais, j’ai un moment réalisé des reportages sportifs, encadrée par la section sportive, en ce moment, composée du doyen Gaoussou Diaby, Oumar Dieng, Fodé Bouya Fofana, feu Gassimou Sylla, Oumar N’Diaye. Je peux affirmer que je fais partie des premières femmes reporters sportifs du pays.

Présentement, je suis moins active au niveau de la RTG Koloma où la nouvelle grille m’a écartée de la programmation et je suis restée longtemps à la maison sans aucune émission. Que faire d’autres sinon que continuer à se battre afin de pouvoir se valoriser partout ou besoin se fera sentir.

Guinéenews : pouvez-vous nous dire comment et où le pseudonyme ‘’la gazelle’’ vous a été attribué ?

Awa Touré : sachez que je fus une brillante et polyvalente sportive depuis le lycée jusqu’à l’université. J’ai pratiqué le Basket-ball, le volley-ball ainsi que le hand-ball. C’est lors de mes prestations en Basket-ball au niveau de la FAC, en ce moment reporter sportive que Issa Condé m’a attribuée le surnom ‘’la Gazelle’’. Et plus tard, il a reconduit le même sobriquet au niveau de la radio, vu la passion, l’envie et le dynamisme qui me caractérisaient dans l’exercice de ce métier de journaliste. Feu Aly Badara Diakité, à son tour, va me coller cet autre surnom ‘’l’Hirondelle des ondes’’.

Guinéenews : vous aviez dû certainement profiter de quelques formations à l’extérieur du pays. Pouvez-vous nous faire vivre ces autres péripéties ?

Awa Touré : effectivement j’ai bénéficié de quelques stages de formation à l’extérieur du pays. Une première fois, c’était à Abidjan où étaient réunis près de 21 journalistes de différents pays. C’est lors de ce stage que l’idée de créer la rubrique ‘’Salutations’’ m’est venue. Et c’est dans plusieurs langues du continent et du pays, j’ai pu attirer l’attention de nombreux auditeurs de Radio Guinée. J’ai participé à un autre stage de formation théorique et pratique au Québec (Canada) en compagnie de feu Mariame Bah, à la radio CKRL pour une durée d’un mois et demi. J’avoue que nous sommes sorties très réconfortées de ce stage. Pour deux heures (2) de tranche d’animation radio par jour, nous avions pu conquérir le cœur des auditeurs Québécois. Ce sont quelques formations qui m’ont permis de rehausser le niveau de mes connaissances théoriques et pratiques.

Guinéenews : dans la pratique, après 33 ans d’expériences radio, racontez-nous certains de vos plus beaux et mauvais souvenirs qui vous ont accroché sur le parcours ?

Awa Touré : dans le chapelet de plus beaux souvenirs, je citerai le premier jour quand je suis passée à l’antenne pour l’animation. C’était stressant et j’étais vraiment émue ce jour. Heureusement, tout s’était bien dérouler. Je me rappelle encore du premier spectacle dédicace dont j’ai eu l’opportunité de présenter au Palais du peuple en compagnie de feu Aly Badara Diakité (ABD). Grâce à Aly, qui croyait à mes qualités et qui m’a conduit vers cet autre type d’animation culturelle. Ces deux souvenirs me reviennent à chaque moment.

Les plus mauvais souvenirs resteront les sanctions arbitraires que j’ai écopées au niveau de la RTG. Pour mes simples éclats de rires à l’antenne ou le fait de recevoir un invité dont la tête ne plaisait pas aux chefs ainsi que pour de simples retards, je pouvais me retrouver pendant des mois à la maison. D’autres mauvais souvenirs m’habitent encore et dont je m’abstiens de vous livrer puisque cela touche des personnes, qui se reconnaitront certainement. Comme je vous le dit, je pouvais rester un mois et plus sans travailler et complètement mise à l’écart à cause des sanctions qui pleuvaient de partout. Rien de tout cela n’a pu me dévier de mon chemin et je mets tous ces avatars à compte du passé, tous ces acharnements inutiles.

Guinéenews : au départ, vous étiez très active sur les antennes des radiodiffusions nationales (RTG, RKS, Boulbinet). Vous n’êtes pourtant pas à la retraite et qu’est-ce qui vous éloigne progressivement des micros et dites-nous ce qui se passe réellement ?

Awa Touré : je vous dis clairement que ma rubrique ‘’Salutations’’ dans les différentes langues n’a jamais plu à certains chefs. Ils m’ont le plus souvent interdit sa diffusion sur les antennes. Au départ, je réalisais l’émission ‘’Kolomatin’’ et j’introduisais l’émission par cette rubrique, qui m’a toujours rendu célèbre et dont les auditeurs apprécient. Présentement, je suis moins active au niveau de la RTG Koloma où je ne figure, pour le moment, pas sur la nouvelle grille de programmation et je suis restée longtemps à la maison sans aucune émission. Que faire d’autres sinon que de continuer à se battre afin de pouvoir se valoriser partout ou besoin se fera sentir. C’est quand Boulbinet a repris à émettre que je suis revenue reprendre mon émission ‘’le mardi des amoureux’’ tout juste avant ce confinement.

C’est l’occasion pour moi aussi de remercier Lamine Guirassy, le PDG de Espace, qui a eu toujours confiance en moi et qui m’a confié deux émissions culturelles au niveau de Kalac Radio.  

J’ai reculé puisque l’on ne m’accordait plus d’importance. Nous sommes considérés comme des anciens. Du coup, il faut laisser la place aux jeunes. Le terme ‘’ancien’’ se passe dans la tête et quant à moi, j’appartiens certes à une génération antérieure et à celle présente. Ce qui ne m’empêche pas de m’affirmer vu le nombre d’années d’expériences.

Guinéenews : peut-on aujourd’hui vous appelez célébrité d’hier ?

Awa Touré : peut-être que les auditeurs pourraient mieux le dire. Moi, je suis toujours en train d’apprendre et c’est pourquoi je suis encore au sein de cette corporation et en activité. Je veux franchement à chaque fois que je passe à l’antenne et que les auditeurs qui m’écoutent soient épatés et émerveillés. Qu’ils ne disent pas qu’hier, elle travaillait bien et qu’aujourd’hui elle a relâché. Tous les jours qui pointent, je me remets en cause.

Guinéenews : je présume, à vous entendre, que vous n’êtes pas encore prête à raccrocher ?

Awa Touré : là je ne sais pas. Parce que Dieu me donne toujours la force de continuer à animer. Je fais mes recherches, je viens à l’antenne et le jour où les auditeurs en auront marre de moi par des critiques négatives, rassurez-vous que je m’en irai. Je travaille pour les auditeurs, leurs désirs sont des ordres pour moi. C’est pourquoi chaque jour, je veux donner plus à mes auditeurs.

Entretien réalisé par LY Abdoul pour Guinéenews