Ramadan et flambée des prix des denrées : le goha de Chérif Abdallah accuse le gouvernement

0
619
Chérif Abdallah, président du groupe organisé des hommages d’affaires (GOHA) lors de la manif du FNDC mardi 26 novembre 2019. Mady Bangoura/Guinéenews.

Alors que la Guinée pourrait amorcer le Ramadan ce vendredi 24 avril, le Groupe organisé des opérateurs économiques et hommes d’affaires (GOHA) accuse le gouvernement d’être responsable de la flambée des prix des denrées de première nécessité.

« Des facteurs objectifs et des mesures inappropriées des décideurs sont à la base de cette situation regrettable », souligne le groupe dirigé par Chérif Mohamed Abdallah Haïdara. Il dénonce notamment « la fermeture des frontières sur une longue période, la destruction ou l’incendie de plusieurs boutiques et magasins, l’insécurité et les arrestations intempestives, le retard dans la prise de mesures propres à endiguer la pandémie du COVID-19, le refus de réduire de façon substantielle le tarif du carburant… »

Le GOHA prévient d’ailleurs que la situation [des Guinéens] risque de devenir plus précaire si des mesures urgentes ne sont pas prises. Comparant la gestion de la pandémie en Guinée à celles des pays voisins, le GOHA va jusqu’à se demander pourquoi la Guinée ne fait une distribution gratuite de produits de consommation comme la fait le Sénégal.

« Le GOHA n’est qu’une ONG »

Confronté à cette déclaration par Guinéenews, le ministre du Commerce n’a pas voulu réagir. « Ils n’ont qu’à dire ce qu’ils veulent, mais je ne peux pas réagir à leur déclaration. Le GOHA n’est pas notre partenaire, il n’est qu’une ONG », a dit le ministre Boubacar Barry.

Faut-il par ailleurs souligner que le GOHA est une structure faitière regroupant des opérateurs économiques et dont le président Chérif Abdallah est un des soutiens actifs du Front National pour la Défense de la Nouvelle Constitution. Il est réputé pour ses prises de position très tranchées face à certaines décisions gouvernementales.