Rapatriement des Guinéens du Sénégal : les coulisses de l’opération

0
645

Un premier convoie de 150 passagers hier samedi. Un deuxième de 50 passagers ce dimanche. Pour ces Guinéens qui viennent de regagner Conakry, c’est l’épilogue d’un processus qui aura duré plus d’un mois. Entre-temps, des commerçantes ont manifesté devant l’ambassade où elles ont à plusieurs reprises pour proférer des injures. Jusqu’à hier, il y avait des déçus : des Guinéens convoqués à l’aéroport ont été recalés avant de pouvoir effectuer le voyage  ce dimanche.

Les premières listes ont été établies le 13 mai dernier. Tous ceux qui voulaient regagner la Guinée avaient la possibilité de s’inscrire sur cette liste. Entre le 13 mai et le 04 juillet, l’attente aura été longue. Certains ont fini par ne plus y croire. Le 21 mai, chaque étudiant de l’Amical des étudiants guinéens au Sénégal a reçu 15 000 comme argent de poche. Dans cette situation de crise, beaucoup auront fini d’utiliser leur part avant même la fin du mois de mai. Alors que le rapatriement annoncé retardait à être mise en œuvre, des étudiants ont pensé que les 15 000 ont servi à les calmer. Pendant ce temps, les commerçantes ne désarmaient pas. Elles ont multiplié les manifestations devant l’ambassade. Derrière leur manifestation, des hommes comme le président du GOHA (groupe organisé des hommes affaires), Chérif Abdallah qui n’a cessé d’envoyer des notes à la presse sur « les souffrances » des commerçantes au Sénégal.

Hier samedi, la bonne nouvelle a enfin été annoncée. Mais pas pour tous. Des étudiants pourtant convoqués à l’aéroport seront finalement recalés. Une commerçante non contente d’être parmi les passagers du vol spécial, tempête. L’ambassade n’a pas d’autres choix que de la faire voyager. Selon notre source qui était parmi les passagers, c’est 150 personnes qui ont été embarquées dans le premier vol – le ministère a annoncé 149 personnes.

Ce samedi, à l’aéroport Blaise Diagne de Dakar, c’était la frustration chez les recalés. L’ambassade réussira quand même rassurer tout le monde. En effet, on a voulu privilégier les commerçantes. Les autres passagers dont sept étudiants, passeront la nuit de samedi à dimanche à l’ambassade. Ce dimanche ils sont arrivés à Conakry dans un vol dans lequel ils étaient 50 personnes (hormis les membres de l’équipage).

A l’aéroport de Conakry, les passagers ont été soumis à un test. Les testés négatifs ont directement regagné chez eux. Les autres devraient être admis un centre de traitement COVID-19.