RDC : le face à face Shadary-Fayulu aura lieu le 23 décembre prochain ?

0
444

C’est maintenant qu’on apprend que Martin Fayulu est un opposant intransigeant vis-à-vis de Kabila, le fait qu’il soit désigné par ses pairs au détriment de Félix Tshisekedi sans que ce dernier n’en fasse un grand problème lui donne une solide légitimité. Evidemment, l’UDPS ne pouvait pas se départir du consensus, au risque de faire le jeu et de légitimer toutes les suspicions de chafouinerie que l’on pourrait prêter au Pouvoir, déjà que sur le chemin à dégager est pavé d’écueils quasi insurmontables. Les machines à voter et le fichier contesté, le Pouvoir y tient mordicus jusqu’à un certain seuil. Mais s’il faut réviser le fichier à la satisfaction des parties, la date du 23 décembre 2018 ne sera tenable. Et si Martin Fayulu tient absolument à un autre fichier, sans faire le jeu de Joseph Kabila, il le fait sans le dire et sans le savoir.

Lors du dernier sommet de la SADEC, Kabila avait dit à ses pairs que ce n’est pas un adieu, c’est un au-revoir. Le Machiavel pogonophile, avant de le dire, avait posé deux grabats: la dissension au sein de l’Opposition, quant au fichier, aux machines à voter, à leur dispatching et à la logistique, attendons de voir.

Les opposants ont su surmonter la première épreuve et c’est contre mauvaise fortune bon cœur que le Pouvoir a pris cette entente de façade, mais il est bien pris à contre-pied, il reste  le fichier et les machines. Et si le fichier est revu, il reste encore les machines achetées au prix fort. Enfin, Ebola est aussi en stand by, puisqu’on dit tantôt que l’épidémie est sous contrôle, tantôt elle est hors contrôle. Dernièrement, le chiffre de 200 morts a été atteint. Quant à l’insécurité, on n’en parle plus beaucoup.

Dans ce méli-mélo, le consensus entre les 7 partis d’opposition risque de voler en éclat, puisque Félix Tshisekedi avait préconisé d’aller aux élections sans les mêmes exigences que Martin Fayulu.

La date du 23 décembre reste le garant de cette entente, et elle est problématique, au vu des exigences et revendications. Kabila fera encore du temps additionnel ?