Réaction à chaud du ministère de la Justice face aux accusations de la Gendarmerie

mai 16, 2018 8:32
0

C’est un conseiller en Communication du ministre de la Justice apparemment très chargé que nous avons eus au téléphone dans l’après-midi de ce mercredi 16 mai 2018. Question d’avoir sa réaction face aux accusations que l’officier de Communication de la Gendarmerie Nationale a portées contre la Justice dans la relaxe des prisonniers sans que ces derniers n’aient épuisé leurs peines.

Sur le dossier précis du présumé cerveau du gang qui a séquestré l’opérateur économique Elhadj Doura Diallo jusqu’à ce que mort s’en soit suivi, le colonel Mamadou Alpha Barry indique que ce dernier était en prison d’où il est sorti avant de commettre le kidnapping sur le vieil homme d’affaires.

Sur la question, Sékou Keita, conseiller en Communication du ministre Cheick Sako soutient que depuis qu’il a été informé que ce Monsieur était emprisonné du côté de Télimélé, il a tout de suite demandé un rapport. « On est en train de me fournir ce rapport sur le séjour qu’a fait ce Monsieur dans la prison civile. Plus tard, j’aurais des éléments sur l’affaire. Et là, je pourrais bien communiquer là-dessus. Parce que je veux vraiment avoir l’énoncé des faits et recouper cet énoncé par rapport au pourquoi il a été libéré », annonce-t-il dans un entretien téléphonique accordé à Guinéenews©.

« Mais l’autre question, poursuit Sékou Keita, c’est de savoir est-ce que ce Monsieur qui était à la prison civile était à la disposition de la gendarmerie, de la police ou de la justice. Parce que souvent, les gens font l’amalgame. Alors qu’on peut être détenu, mais si les procès verbaux n’ont pas fait l’objet de transmission au procureur ou de saisines officielles sur la base desquelles le procureur peut continuer la procédure, le détenu peut continuer à être en présomption d’innocence en attendant. Et là, il reste enfermé, mais pas à la disposition de la justice. »