Réalisation de Souapiti: le ministre Taliby à la rencontre des déplacés le long du fleuve Konkouré

0
230

En compagnie de ses proches collaborateurs, le ministre de l’Energie vient de boucler une mission de travail sur les sites où sont réinstallés les déplacés des sites affectés par la réalisation du barrage de Souapiti.

Il était question pour la délégation ministérielle de vérifier tout ce qui a été fait dans le cadre de la mise en œuvre du Plan de gestion environnementale et sociale, de s’enquérir des conditions des populations qui ont été réinstallées dans les sites de Kinfaya, de Kondombof et de Madina Kagnèguiri. Vu que la mise en eau a été effective depuis le 26 août dernier, il a été aussi question de constater le niveau d’eau en amont du barrage de Souapiti jusqu’à Télimélé en passant par sa limite avec Pita.

Aussi, ils ont rallié certains sites déplacés tels que Konkouré pour rencontrer les populations qui n’ont pas encore déménagé, les sensibiliser et leur faire comprendre le bien-fondé de ces déplacements qui, selon Dr Cheick Taliby Sylla, n’est pas le vouloir du gouvernement de déplacer sa population.

« Mais puisqu’en construisant un tel ouvrage aussi gigantesque comme Souapiti, il y a toujours des effets collatéraux qui sont désagréables. Nous sommes dans cette situation aujourd’hui », a indiqué le ministre de l’Energie qui a rassuré que toutes les dispositions sont prises pour leur permettre de revivre comme ils étaient dans leurs milieux culturels originels avant la mise en eau qui les a fait déplacer.

Sur le constat, Dr. Cheick Taliby Sylla a indiqué que comme ce fut le cas à Kaléta, il découvre la même chose sur les différents sites visités. « Mais dans une proportion plus importante par rapport à ce quii a été fait à Kaléta », dit-il.

« Celui qui disposait d’une case ronde, a aujourd’hui un bâtiment en dur avec une chambre, un salon, une terrasse et une toilette. Ceux qui en avaient plus grand que ça, ont reçu d’autres bâtiments plus grands. Et partout où nous sommes passés, à Kinfaya par exemple, il y a une école primaire, un collège, deux grandes mosquées, des marchés, des centres de santé, vu la grandeur du site. A Kondombof et à Madina Kagnèguiri, c’est la même chose. Donc, c’est du progrès. C’est de l’amélioration des conditions de vie des populations. C’est du développement socioéconomique local pour améliorer les conditions primaires afin que ces populations bénéficient grandement de l’impact économique », s’est-il réjoui.

Pour le chef de la délégation, si ça a été négatif de déplacer ces populations, le gouvernement compense tout cela par la création d’autres activités leur permettant de mieux vivre. « Je veux rassurer l’ensemble des populations déplacées que toutes les dispositions seront prises pour indemniser même si c’est une aiguille, des plantations ou des arbres fruitiers. Tout sera indemnisé en numéraires. Et toutes les réclamations qui viendront vont être prises en compte à la satisfaction de toutes ces personnes déplacées », a-t-il promis.