Recomposition de la CENI: Sidya Touré tient à ses deux représentants dans l’institution

janvier 11, 2019 3:52

La désignation des membres de la nouvelle Commission électorale nationale indépendante (Ceni) deviendrait-elle nœud gordien d’un nouveau blocus entre l’UFDG et l’UFR? Rien n’est moins sûr! Parce que l’Union des forces républicaines n’est pas disposée à cautionner le quota qu’on lui réserve à cet effet.

C’est du moins ce qu’on peut déduire de la sortie médiatique de son leader ce vendredi 11 janvier 2019 à Conakry.

« Nous nous sommes concertés au sein de l’Assemblée nationale pendant trois mois. Je ne vois pas qu’après ces trois mois, c’est lundi on nous sort un texte pour dire qu’il a un calcul mathématique qui fait que nous, on devrait avoir un conseiller et l’UFDG cinq. Est-ce que l’UFDG a cinq fois plus de députés que nous à l’Assemblée nationale? Nous, nous restons sur le principe qui a été défini entre nous, qui fait que nous avons deux conseillers, l’UFDG quatre et le PEDN un. Pour le reste, c’est de la spéculation », a banalisé Sidya Touré.

Autant dire que l’UFDG et l’UFR ne s’entendent pas autour de l’octroi d’une place au Parti de l’espoir pour le développement national (PEDN) de l’ancien Premier ministre Lansana Kouyaté sur les 7 places dévolues à l’opposition.