Recrudescence des violences à l’intérieur du pays : le RPG accuse les ressortissants résidents à Conakry

0
637

Le RPG Arc-en-ciel, parti au pouvoir a vigoureusement déploré avant de condamner la recrudescence des violences dans plusieurs localités à l’intérieur du pays. C’était à l’occasion de son meeting hebdomadaire ce samedi 27 avril à Gbessia.

D’après le parti, à travers son secrétaire national de la jeunesse M’Bany Sangaré, pour un oui ou un non, les violences se produisent dans beaucoup d’endroits. Selon lui, il s’agit entre autres, des problèmes de mares, de terres, de mines ou encore l’élection d’un maire que des populations s’affrontent jusqu’à avoir des morts d’hommes.

«Le cas le plus récent relève de la sous-préfecture de Koumana (Kouroussa) où les communautés se sont affrontées autour de l’élection d’un maire et deux personnes sont mortes. Hier (vendredi 26 avril, NDLR) toute la journée, c’était de l’atrocité dans la ville de Koumana. Cela n’honore pas notre société (…)», a-t-il regretté.

Pour M’Bany Sangaré, au moment où les autorités au plus haut niveau de l’Etat sont en train de travailler dans l’esprit du respect de notre devise, à la base, c’est autre chose. «Si ce n’est pas les coupeurs de route, ce sont les assassinats crapuleux, des affrontements intercommunautaires entre deux villages ou entre deux groupes d’un même village», a-t-il dénoncé.

Et de poursuivre : « on n’a pas besoin de tuer quelqu’un pour l’élection d’un maire. L’année dernière, c’était entre deux villages à Kankan où les communautés se sont livrées à une bataille rangée. Mais le problème essentiel de ces affrontements et conflits, les 80% tirent leur origine à travers les ressortissants de ces villages qui résident à Conakry. Ce sont eux qui attisent le feu dans leur localité. Ils travaillent pour diviser et opposer les citoyens pour des raisons inavouées».