Récupération du domaine du Port-sec de Kagbélèn : quelles attentes pour les autorités portuaires  ?

0
632

Le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire Dr. Ibrahima Kourouma a été effectué récemment une visite de travail sur le site du Port-sec de Kabgèlèn dans la préfecture de Dubréka. Il était en compagnie des cadres du Port Autonome de Conakry (PAC), a-t-on constaté sur place.

Dans son explication, Morlaye Camara, conseiller technique au Port Autonome de Conakry,  a fait savoir qu’il est question de récupérer le domaine attribué au PAC par un décret présidentiel, environ 105 hectares. Lisez !

«Nous avons fait une visite de terrain récemment avec le ministre de la Ville et de l’Aménagement du Territoire. C’était dans le cadre de la récupération du domaine attribué au Port sec environ 105 hectares. Malgré les conseils, des citoyens ont continué à occuper illégalement le terrain. Certainement, ils ont eu confiance à ceux qui les ont octroyés le terrain. La fois dernière, en présence du ministre lui-même, les travailleurs que nous avons commis à la tâche pour faire la ceinture, certains citoyens se sont permis de venir démolir la clôture. Nous sommes contents que le ministre soit encore sur le terrain afin que cet épisode puisse prendre fin. Ce terrain nous a été affecté par un décret présidentiel. Nous avons eu un titre foncier depuis 2007. Nous avons procédé à beaucoup de travaux. La partie que nous n’avons pas ceinturée, des citoyens ont pensé que cela ne relève pas de notre domaine. Ils sont venus faire ce qu’ils veulent», a-t-il expliqué.

Et de poursuivre : «quand le ministre va récupérer notre domaine, nous avons assez de projets à réaliser. Nous avons assez de demandes sous nos mains. Aujourd’hui le PAC est  devenu étroit par rapport aux exigences du fonctionnement. Tout ce que les bateaux ramènent, ne peut plus contenir au PAC. Nous avons d’autres domaines notamment les industriels qui souhaitent occuper une partie le PAC pour qu’ils fassent un rendement et qu’ils payent des redevances au PAC».