Récurrence des crises en Guinée: Elhadj Djériba Diaby met le doigt sur la plaie

mai 5, 2018 6:54
0

Elhadj Djériba Diaby, ‘’Ambassadeur de la paix’’ est le président de la Fondation Djériba Diaby pour la paix. Après le siège du RPG Arc-en-ciel il y a quelques jours, il s’est rendu au siège de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) ce samedi 5 mai. Objectif, prêcher la paix.

« Je suis venu ici pour parler de la paix. C’est ce qui m’est cher, la paix dans notre pays, la paix dans nos foyers », a-t-il indiqué dès l’entame de son intervention.

Avant que Elhadj Diaby ne prenne la parole, les communicants de l’UFDG avaient indiqué qu’on ne peut pas parler de paix alors que leurs collègues sont tués et que d’autres sont arrêtés «arbitrairement».

El hadj Djériba Diaby a aussi tenu à répondre ces jeunes communicants : «Vous dites ici qu’on ne peut pas parler de paix sans la justice. Mais pourquoi parler de la paix ici ? On doit parler de la paix, parce que tous ceux qui sont parmi vous ici, il y en a qui n’ont pas mangé depuis le matin, qui n’ont même pas besoin de l’eau à boire, parce que vous avez votre cœur vers un leader. Vous voulez que ce leader soit quelque chose demain dans notre pays. Et si vous voulez ça, pourquoi ne pas instaurer la paix ? Si vous aimez vraiment El hadj Cellou Dalein Diallo, c’est pour lui donner le pouvoir en Guinée et non pas lui donner un pays sans paix. Et sans paix est-ce que nous pouvons rester dans cette salle, contents, en train de danser avec tous ces artistes ? Même si vous savez que la paix est violée, qu’il n’y a pas de justice et que notre pays est en train de traverser actuellement une situation difficile et même si tout va bien dans le pays, on va toujours parler de paix. […] Si demain, votre président vous dit d’aller manifester sans casser, vous respectez ce que votre président vous dit. Mais malheureusement, il y a d’autres qui ne sont pas ici, qui ne savent rien, qui parfois vous infiltrent et cassent. Et quand on casse, on demande qui a cassé ? On dit que c’est le parti des Peuls. C’est ce qui fait mal. Est-ce que nous voulons que le président Cellou prenne notre pays dans son état ? »

Poursuivant son intervention, El hadj Djériba Diaby a dit aux militants de l’UFDG qu’ils n’ont pas intérêt à créer le désordre aujourd’hui, sinon une fois au pouvoir, les autres leur feront la même chose : «Vous savez très bien qu’en Afrique, quand un parti prend le pouvoir, on dit qu’on a trouvé le pays à genou, les caisses sont vides, parce qu’il y avait du désordre avant. Et celui qui prend le pouvoir faisait partie de ceux qui ont semé ce désordre. Quand vous faites le désordre, vous trouverez ce désordre une fois au pouvoir. C’est la raison pour laquelle nous ne devons pas continuer à accepter que des gens parmi vous créent le désordre. Même si demain vous devez avoir le pouvoir, il ne faut pas que vous trouviez que le pays est à genou. Ce n’est pas souhaitable.  Vous êtes tous ici les garants de cette démocratie parce que des Guinéens sont morts pour cette démocratie, qui ont perdu leurs biens pour cette démocratie. Chacun à son tour. Aujourd’hui si c’est votre tour de s’opposer aux autres, demain ce sera le tour des autres de s’opposer à vous. Si vous êtes aujourd’hui le premier parti de l’opposition, demain vous pouvez être le parti au pouvoir. Si vous êtes au pouvoir demain, ceux qui sont derrière vous, vont aussi vous combattre. Mais avec la civilisation, l’entente, l’amour et sans haine ni sans règlements de compte. »

Dans son discours réponse Cellou Dalein Diallo a salué l’initiative de Djériba Diaby. Il lui a demandé de reprendre son bâton de pèlerin pour dire au pouvoir que pour qu’il n’y ait la paix, il doit s’attaquer aux causes des conflits.