Redéploiement du TPI de Labé : Le procureur rejette la proposition de la commune

0
606

En commun accord, le préfet et le maire de la commune urbaine de Labé auraient convenu de proposer au procureur du tribunal de première instance (TPI), un bâtiment de la mairie pour servir de local à l’institution. Cela, dans l’attente d’une solution adéquate au problème de local auquel le TPI de Labé reste confronté depuis le vandalisme de son siège. Mais contre toute attente, le procureur aurait rejeté la proposition qu’il avait pourtant saluée a appris Guinéenews©.

Mamadou Aliou Laly Diallo, le maire de la commune urbaine de Labé explique dans quelles circonstances son équipe a décidé de mettre le bâtiment à la disposition du tribunal. « Quand nous avons appris la décision transférant le tribunal de Labé a Pita, nous nous sommes dit que ça n’arrange pas les populations de Labé d’aller à Pita. Donc, c’est ce qui a poussé la commune à proposer au tribunal de Labé de leur prêter un local en attendant que leurs locaux soient réhabilités. Chose qui a été acceptée. La commune dispose d’un bâtiment qui servait de bureau du service technique de la commune qui se trouve en face de l’hôpital. Le procureur m’a appelé, on s’est rencontré ; je leur ai montré le local et il me disait que ça lui convenait », soutient le maire de Labé.

A la surprise générale, le procureur de la république près le tribunal de première instance de Labé est revenu sur sa décision rejetant du coup la proposition de rechange. « À la dernière minute, il m’a rappelé pour me dire qu’ils se sont retrouvés et qu’ensemble ils se sont dit que ce lieu, constitue un lieu de regroupement lors des contestations ; il serait risqué de s’installe là au risque de voir ce bâtiment aussi attaqué », rapporte le président du conseil communal.

Pourtant, même une salle d’audience temporaire aurait été ciblée afin d’évacuer les affaires courantes de la justice selon le maire. « Le préfet et moi-même avions proposé pour ce qui est de la salle d’audience, de mettre à disposition du tribunal le CECOJE (centre d’écoute, de conseils et d’orientation pour jeunes) qui se trouve au stade. Là aussi, ça été accepté, donc je crois que c’est maintenu. En tout cas, la commune est toujours disposée à accompagner pour éviter aux citoyens de Labé de se déplacer pour une autre préfecture », déclare Mamadou Aliou Laly Diallo, le maire de Labé.

Toutes nos tentatives pour joindre le procureur ont été infructueuses ne voulant pas commenter cette nouvelle.

Il faut noter que 23 militants du front national pour la ddéfense de la constitution  (FNDC) croupissent à la maison centrale de Labé depuis la fin du mois de janvier par faute de palais de justice. Ce, sans compter les autres dizaines de jeunes arrêtés la semaine dernières et les détenus de la prison civile qui attendent toujours de passer devant un juge.

Le TPI a été victime d’acte de vandalisme lors d’une des manifestations du FNDC de Labé.