Réfection de la Voirie et assainissement de Conakry : ces grandes annonces des autorités guinéennes

0
675

A l’occasion de la journée d’assainissement de la ville de Conakry de ce samedi 1er  décembre, le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana et le ministre des Travaux Publics, Moustapha Naïté, se sont rendus dans plusieurs zones de Conakry notamment à Cosa, Enta, Hamdallaye  et à l’Aéroport. Objectif, constater les travaux d’assainissement et de réfection de la voirie de la capitale.

Au niveau du camp-Carrefour de Cosa où se trouve une montagne d’ordures qui a même obstrué la circulation, Sâa Yolandé Camara, directeur national de l’entretien routier, a affirmé que ces actions d’assainissement seront pérennes.

« Ce n’est pas une opération feu de paille en ce sens qu’aujourd’hui même, il y  aura des activités de la société au niveau de l’aéroport. Le ministre est déterminé à faire en sorte  que toute la population puisse se déplacer en toute sécurité et dans un minimum de confort. Cela ne peut pas se faire si on n’a pas de bonne route, cela ne peut pas se faire si nos villes ne présentent pas un bon visage. C’est dans ce cadre qu’il est en train de se battre à travers le gouvernement pour pouvoir appuyer l’organe qui a en charge la gestion des ordures. Donc, c’est une opération qui doit continuer », a-t-il déclaré.

Après avoir visité la montagne d’ordures d’Enta sur la T6, le Premier ministre est venu à Cosa puis à Hamdallaye avant d’aller constater le début des travaux de réfection de la route Aéroport-Matoto. Un peu plus tard, le président Alpha Condé s’est rendu en personne sur les lieux. Sans faire le moindre discours. Il a tout de même pris un chaleureux bain de foule.  A sa place, c’est le Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana qui s’est adressé à la presse pour expliquer la nécessité d’entretenir et d’assurer la réfection des voiries de la capitale guinéenne.

 « Le président de la République souhaite, c’est l’instruction qu’il a donnée au Premier ministre que je suis et aux ministres de la République, que tout soit fait pour sortir Conakry de la saleté, que tout soit fait pour rendre la circulation fluide, faire en sorte que des aménagements soient menés de manière que nos petites marchandes puissent avoir des stands propres où elles peuvent vendre leurs fruits, pour que les gens de l’artisanat puissent installer de manière confortable et qu’on sorte Conakry de cette situation. Donc, c’est le point de départ de ce programme ambitieux qu’on lance aujourd’hui. »

Le Premier ministre fait savoir que le président Alpha Condé a entrepris un programme d’inaugurations et de poses de premières pierres sur les projets nationaux. Ce programme, dit-il, va débuter le 8 décembre et se poursuivra jusqu’à à la fin du mois.

 « Ce matin, à l’occasion de la journée de l’assainissement, nous avons profité d’abord pour dégager les points noirs qui jonchent un peu la ville. Vous avez pu constater que le camp-carrefour de Cosa était impraticable, et beaucoup d’autres endroits qui n’avaient pas fait l’objet de dégagement depuis un certain temps. Donc l’opération d’assainissement a recommencé aujourd’hui. Notre rôle en tant que gouvernement est de participer à cette journée citoyenne, impulser une dynamique pour que chacun de nous comprenne que cette question d’assainissement concerne tout le monde », a souligné le ministre des Travaux publics, avant d’annoncer que l’entretien et la réfection de la voirie de Conakry va s’étendre sur trois mois: « nous avons lancé un vaste programme de réfection et d’aménagement de la voirie de Conakry. Ce programme doit s’étendre sur trois mois et concerne les artères principales. C’est du pont 8 novembre au KM 36 et du pont 8 novembre à Kagbélén en passant par la route Le Prince qui inclut Hamdallaye jusqu’à Sonfonia.  Notre souhait à travers ce programme est que la chaussée soit totalement réfectionnée. Au-delà de boucher des trous, on a décidé de mettre une nouvelle couche de bitume pour permettre à ce que la route soit plus praticable. Nous allons aussi profiter pour mettre des signalisations horizontales et verticales  pour faire en sorte que nos routes parlent, parce que nos routes sont muettes ».