Réfections des routes préfectorales : où sont passés les 50 km attribués en 2018 à Lélouma?

juillet 23, 2019 6:52

Dans le cadre de la réhabilitation des routes préfectorales et communautaires, financée par le budget national de développement, le ministère des Travaux Publics a annoncé la réfection de 50 kilomètres de routes à Lélouma et dont les travaux ont été lancés.

Deux tronçons doivent être pris en charge dans le cadre du programme. Le premier porte sur l’axe Parawol-Sagalé via Dembaye. Il est long de 30 kilomètres. Le second concerne Thianguel Bori-Manda Saran- RN1. C’est-à-dire la route de Koundara. Il s’agit d’un tronçon qui est long de 20Km. Après quelques mois, les travaux ont été interrompus.

Interpellé sur la situation, le directeur préfectoral des travaux publics de Lélouma précise :  » ce sont des travaux de réhabilitation de 50 kilomètres de route sur deux axes. Ils ont été lancés en 2018 et devraient durer huit mois. Les activités avaient démarré. Mais à l’heure où nous sommes, les travaux sont à l’arrêt depuis plusieurs mois. Et lorsque j’ai interpellé l’ingénieur en charge des travaux, il a évoqué un problème de paiement des réalisations déjà effectuées. Dans le domaine des ouvrages, ils sont un peu en avance mais pour ce qui est du terrassement, ils ont envoyé des machines qui n’ont pas du tout répondu sur le terrain.  Le terrassement n’a pas du tout progressé. L’entreprise avait fait les pieds d’ouvrage de franchissement par endroits. Et même les travaux réalisés, avec ces deux saisons de pluies, il n’est pas du tout facile de les évaluer », a confié Soriba Soumah.

Et d’ajouter : « ces travaux de réhabilitation de ces deux axes avaient connus d’autres contrats avec le génie rural qui n’ont pas été effectués par le passé. J’ignore encore les raisons. Maintenant, c’est avec les travaux publics et cela peine une fois encore à se concrétiser « , déplore-t-il.

Pour savoir davantage sur l’interruption de ces travaux, nous avons joint le directeur régional des travaux publics, Saïdou Pita Diallo qui a déclaré ceci :  » dans les conditions normales, l’entreprise doit revenir bientôt reprendre les activités. J’ai même écrit à l’entreprise pour qu’elle prenne les choses en main pour la reprise des travaux. Seulement avec le financement du BND (budget national de développement), la procédure de décaissement des fonds prend souvent du temps. Mais l’entreprise doit venir effectuer les travaux. »

Faut-il, en outre, signaler que toutes nos tentatives de joindre l’ingénieur en charge des travaux de réhabilitation de ces 50 kilomètres sont restées vaines jusqu’au moment nous mettons en ligne cette dépêche.

A suivre.