Réformes énergétiques: Dr Cheick Taliby annonce l’arrêt programmé de plusieurs centrales thermiques

0
729

Le ministre de l’Energie, entouré de ses proches collaborateurs, a effectué une visite de terrain aux Grandes chutes de Baliwondi, dans la préfecture de Coyah, ce samedi 1er  février 2020. Une façon pour Cheick Taliby Sylla et sa suite de constater l’évolution des chantiers ouverts sur le système Samou et qui va s’étendre sur Garafiri, très prochainement.

La démarche s’inscrit dans le cadre de l’exécution d’un contrat signé le 29 décembre 2014 avec la Banque européenne d’investissement, pour un montant total de 60 millions d’euros. Ceci, pour réhabiliter de nombreuses centrales hydroélectriques du pays.

Il ressort du constat du Dr Cheick Taliby Sylla qu’à date, des groupes ont été démantelés sur le site, alors que d’autres feront l’objet de réhabilitation pour réinstaller la capacité datant de 1986.

« Je dois rappeler que cette centrale est la première centrale hydroélectrique de notre pays, construite en 1953, pour alimenter Kaloum. En 1986, elle a fait l’objet d’une réhabilitation et d’une augmentation de capacité. Depuis 24 ans, il n’y a pas eu d’intervention solide ici. Nous sommes satisfaits de l’évolution des travaux. Et nous pensons que le chronogramme sera respecté. D’ici la saison pluvieuse prochaine, on aura toutes les machines ici et suffisamment d’eau aussi. Les 26 mégawatts seront réhabilités. Ce qui nous permettra d’arrêter certaines centrales thermiques qui nous coûtent excessivement cher », a évalué le ministre de l’Energie.

Parlant des groupes démantelés, le directeur général de EDG a déclaré que pour une question de planification du travail, on ne peut attaquer toute la centrale. « Parce que c’est un apport dans la desserte de la ville dans le système interconnecté. Donc, les deux premiers groupes sont déjà démantelés, on est en train de les sortir. Il y a déjà la fabrication au niveau de l’usine. Dès que tout  est prêt à la centrale ici, la société qui a le contrat va commencer à installer les deux premiers groupes. Après cette étape, on va attaquer les deux derniers groupes », a expliqué Bangaly Konaté, tout en ajoutant que les travaux s’étendront sur 24 mois.

De son côté, le chef du projet Energie Guinée a rassuré de la tenue du délai contractuel. Toutefois, M. Lounceny Magassouba  a évoqué quelques difficultés qui, si elles ne sont pas écartées, pourraient impacter sur le délai. Notamment l’acheminement des équipements sur le site. Ce qui incombe à l’Etat, vu que la viabilisation de la route est dans la partie guinéenne.

En outre, il a dit qu’actuellement, les dispositions sont prises et que le marché de la viabilisation de la route est attribué à deux entreprises dont les contrats se trouvent être dans les circuits de signature.