Réhabilitation de l’axe Diécké-N’Zérékoré : la Soguipah prend enfin sa responsabilité

0
917

Le tronçon reliant la sous-préfecture de Diécké à la commune urbaine de N’Zérékoré longue de  63 km est en train d’être réhabilitée, afin d’éviter le scénario de l’année dernière, qui avait vu ce tronçon coupée de la circulation, pour cause de vétusté de la route, provoquée par les fortes précipitations enregistrées habituellement dans cette région durant la saison des pluies.

Cette situation avait affecté sérieusement les activités de la Société guinéenne du palmier à huile et l’hévéa (Soguipah), dont les camions transportant la production d’huile et de coagulum, avaient arrêté leur rotation.

Eh tenez-vous bien sur une distance aussi courte, il fallait débourser au minimum 100 mille francs guinéens pour s’offrir les services d’un motocycliste, cet engin à deux roues étant à l’époque devenu le seul moyen pour rallier les deux localités.

Cette fois-ci, la Soguipah a dû se résoudre à prendre le taureau par les cornes, afin d’éviter de revivre le même scénario. Surtout que c’est elle qui a plus à perdre en cas d’interruption de la circulation entre Diécké et N’Zérékoré. Cela peut représenter un énorme manque à gagner pour l’entreprise.

Ainsi depuis  décembre dernier, trois entreprises nationales se sont reparties  les travaux  d’entretien, à savoir l’entreprise Gamacé multi-service SARL (SMS), Picoli Lola (CPC), Rivière Zaly construction (RIZACO) et le Génie militaire, toutes sous  la supervision de la direction des pistes rurales, avec le financement de la  Soguipah.

Selon Baldé Ibrahima, ingénieur du génie-rural,  chef service du suivi et évaluation de  la direction des pistes de la Soguipah ‘’la direction des pistes a pour vocation d’entretenir toutes les pistes relevant de la Soguipah. A cet effet, il est de coutume  que chaque année qu’on fasse une campagne  d’entretien des pistes en fonction du niveau de dégradation. La route Diécké -N’Zérékoré est une route qui se dégrade facilement, étant donné l’intensité de la pluviométrie et du trafic. Normalement, cette route doit être entretenue chaque année. Aussi tirant les leçons de la campagne d’entretien de l’année dernière, un programme d’entretien  des pistes a été amorcé sur la piste reliant Diécké-N’Zérékoré mais également sur les routes des plantations ainsi que des villages divisionnaires de l’espace Soguipah », a-t-il souligné.

Parlant des difficultés relatives à ces travaux de réhabilitation des pistes, Ibrahima Baldé rappelle qu’elles  ont été énormes et portent   entre autres sur  ‘’l’obtention des engins en bon état, sauf pour les engins du Génie militaire ; le retard de payement des factures des  dites entreprises, l’insuffisance des véhicules’’.