Rencontre Tibou-Soumah : les enseignants grévistes rejettent les propositions du chef de l’Etat

janvier 3, 2019 9:01

Le ministre conseiller personnel du président de la République et par ailleurs, chef du département d’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprise, Tibou Kamara a rencontré les responsables du SLECG (Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée). Tibou Kamara était porteur des propositions faites par le chef de l’Etat pour une sortie de crise qui affecte le système éducatif depuis le 3 octobre 2018. L’honneur est revenu ce jeudi à la faveur de l’assemblée générale extraordinaire à Mohamed Bangoura, responsable de la cellule de communication du SLECG d’expliquer à ses camarades de long en large ce qui a filtré cette rencontre.

Au cours de la rencontre, Mohamed Bangoura a rappelé que le ministre Tibou Kamara a clairement déclaré qu’il a été mandaté officiellement par le président de la République pour l’ouverture d’un couloir de négociations.

« Tibou Kamara a fait savoir que c’est à la demande express du chef de l’Etat qui l’a amené à reprendre le dossier en main. Le ministre Tibou a affirmé qu’au cas où le bureau national du SLECG accepterait en commun accord avec sa base les propositions du chef l’Etat, qu’il procédera au dégel des salaires », a indiqué M. Bangoura.  « Ce n’est pas important », ont lâché quelques enseignants dans la foulée.

Poursuivant, Mohamed Bangoura a fait savoir que Tibou a annoncé qu’il sera question de la création d’un comité de réforme du système éducatif guinéen dont le SLECG aura la lourde charge de procéder au recensement des fonctionnaires de l’éducation. « Ce sera au cours de ce recensement que le SLECG va dégager les ressources devant procéder à l’augmentation de nos salaires que nous réclamons », a expliqué Mohamed Bangoura.

En réponse et à en croire Mohamed Bangoura, Aboubacar Soumah a affirmé que le recensement et la réforme sont bien mais, qu’il serait judicieux de mettre à l’écart de tous les DPE (directeur préfectoral de l’éducation), DCE (directeur communal de l’éducation, IRE (inspecteur régional de l’éducation) et les chefs d’établissements scolaires qui sont à l’origine du malheur des enseignants. « Si vous avez remarqué, tous les DRH (directur ressources humaines) des DPE et DCE  ont été démis de leurs fonctions », a signalé M. Bangoura.

Autres propositions du chef de l’Etat à travers son émissaire Tibou Kamara, a indiqué Mohamed Bangoura, le SLECG va recevoir officiellement le site qui va abriter les logements sociaux du personnel enseignant. « Le ministre Kamara a demandé un mémorandum rédigé par l’ensemble des enseignants de Guinée », a-t-il laissé entendre dans la foulée.

Prenant la parole, le secrétaire général du SLECG Aboubacar Soumah a fait savoir aux enseignants que personne ne sera radiée pour fait de grève. Selon lui, c’est une méconnaissance de la loi qui pousse les autorités à faire des menaces de ce genre.

« Quand j’entends un premier ministre dire qu’il faut trois mois pour radier un fonctionnaire pour fait de grève, je crois qu’il doit encore réviser ses leçons de droit. Je conseille le chef de l’Etat de ne pas nommer n’importe qui à des postes hautement stratégiques. Il faudrait au moins des cadres qu’il nomme maîtrisent les textes qui régissent les relations sociales. C’est dommage qu’un premier ministre qui ne maîtrise pas les lois du pays d’ailleurs, un premier ministre connu pour son passé dans ce pays soit nommé…», a déploré Aboubacar Soumah.