Renforcement du réseau routier: le ministère des TP réceptionne un lot de ponts de secours

janvier 18, 2019 8:36

Le ministère des Travaux Publics a reçu ce vendredi 18 janvier cinq ponts de secours. C’est un don de la France à travers son CNPS (Centre National des Ponts de Secours). La cérémonie de remise s’est déroulée au port conteneur à Kaloum.

Dans son allocution de circonstance, la Directrice générale adjointe de l’AFD (Agence de Française pour le Développement), Mme Safia Otokoré a déclaré que c’est une initiative du ministre des TP appuyée par l’ambassade de France en Guinée. Mme Otokoré a saisi l’occasion pour mandater le CNPS de France à voir comment son pays peut accompagner le ministre des TP dans sa volonté de rendre le système routier guinéen efficace et de dans sa logique de faire en sorte qu’en Guinée, tout le territoire soit accessible.

S’exprimant au nom des experts du CNPS de France, Jean-Michel Pont se dit conscient du besoin qui existe en Guinée en matière de route. C’est pour cette raison, a-t-il fait savoir, la France, à la demande du ministère des TP, a accepté de donner une partie de son stock de ponts de secours en acier à la Guinée. « Je sais à quel niveau de priorité le gouvernement, à travers le ministère de TP, positionne la route. C’est une évidence, la route est fondamentale », a-t-il laissé entendre.

Prenant la parole, l’ambassadeur de France en Guinée Jean-Marc Grosgurin, a rappelé que son pays est prêt à accompagner la Guinée sur des questions fondamentales des ouvrages de franchissement et des ponts. En croire M. Grosgurin, c’est une priorité du président Alpha Condé à travers son ministre des TP  avec qui d’ailleurs ont eu assez de rencontres pour préparer la mission du CNPS.

Ce n’est pas une première que le CNPS intervient en Guinée, a rappelé le Diplomate français avant d’affirmer que quatre ponts de secours ont été offerts en 2012 à la Guinée. « Il faut reconnaître que le ministre des TP mouille le maillot et je l’invite à continuer à travailler pour répondre au besoin des Guinéens en matière de routes et de ponts. Il n’y a pas de développement économique sans route », a-t-il martelé.

Prenant la parole, le ministre des TP, Moustapha Naïté a remercié la ministre française des Transports qui, a-t-il reconnu, a bien voulu accéder à la demande son département.

Toutefois, il a laissé entendre que tout cela a été rendu possible grâce à l’implication personnelle de l’Ambassadeur de France en Guinée et tout le staff de la coopération française.

« Cette présente livraison est le deuxième du genre de la part du gouvernement français », a-t-il souligné.

Poursuivant, le ministre Naïté a martelé que ces nouveaux ponts de secours rentrent non seulement dans le cadre du renforcement du réseau routier national mais surtout, de prévenir d’éventuel effondrement tout en assurant le remplacement immédiat des ponts.

Dans la même lancée, le ministre des TP a indiqué que les jeunes ingénieurs de son département se mettront au service du CNPS pour le montage et l’entretien des ponts. Selon lui, toutes ces initiatives sont nées de l’effondrement du pont de Linsan qui relie la Basse Guinée autres régions du pays.

« L’affaissement de cet ouvrage de franchissement a montré que même si nous reconstruisons des ponts, il est aussi important d’en avoir en stock pour réagir en cas de besoin. Quand on veut avoir une croissance économique soutenue, il faut nécessairement un réseau routier confortablement praticable », a insisté le ministre Naïté qui a annoncé que ces nouveaux ponts de secours seront stockés à Mamou. Une préfecture qui, selon lui, constitue le plus grand carrefour du pays en termes de réseau routier(…). « Cela va d’ailleurs nous permettre d’être plus efficaces dans le déploiement en cas de souci sur n’importe quel endroit du pays », a-t-il justifié son choix de cette localité.

Faut-il par ailleurs préciser que ce sont des ponts dont les longueurs varient entre 15 et 30 mètres linéaires. Leur capacité de portance est environ 45 Tonnes, extensibles en fonction de la fortification des contreventements.