Rentrée parlementaire : « Un toit, un droit », réclament des activistes

avril 6, 2018 2:20
0

Face aux multiples tracasseries dont sont confrontées les populations guinéennes dans le cadre du loyer, des activistes de la société civile ont à l’occasion de la rentrée parlementaire de ce jeudi 05 avril, pris d’assaut l’Assemblée Nationale pour attirer l’attention des députés sur la cherté du loyer en Guinée, a constaté Guinéenews© sur place.

Réunis autour de la plate forme l’initiative citoyenne « Tous contre le loyer cher », des acteurs de la société civile sont venus portés à la connaissance des députés la préoccupation des populations dans le cadre de la cherté du loyer, entame Ibrahima Diallo le porte parole de cette plate forme citoyenne.

« Ceci, poursuit-il, parce que nous avons constaté que les députés s’occupent plus de la politique au lieu de s’intéresser des préoccupations des citoyens qui leur ont porté à la fonction de député qu’ils occupent aujourd’hui. Donc nous sommes là pour les rappeler qu’ils ont un devoir vis-à-vis du peuple qui les a élus. »

Parlant du loyer, M. Diallo souligne que la cherté du loyer affecte sérieusement les conditions de vie du guinéen moyen. « La mensualité est trop chère, les avances ainsi que les cautions sont très élevées. En plus, les propriétaires des maisons ont pris l’habitude d’augmenter les tarifs en fonction de leur humeur », fustige le porte-parole de l’initiative citoyenne de « Tous contre le loyer cher ».

Le président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, interpellé sur la question par votre quotidien électronique, dit prendre acte de l’appel de ces jeunes activistes. Il rappelle qu’il y a déjà un projet de loi qui est en train d’être élaboré par le ministère de l’habitat et qui engendre tous les aspects du patrimoine bâti et du logement. « Si nous l’avons, nous allons l’examiner. La population réclame une loi sur le logement, nous en sommes conscients et nous prenons acte », déclare Damaro.

Le député de l’UFDG Ousmane Gaoual pense de son côté, que ces activistes de la société civile perdent leur temps devant l’Assemblée nationale. « Ce n’est pas devant la porte du parlement qu’on vient faire du brouhaha pour être entendu. Ils doivent réfléchir sur une loi, l’écrire avec des experts et la faire endosser par un député ou par un groupe de députés. Et si ça été fait, qu’ils restent à la maison et attendent parce que ça ne sert à sert à rien de crier ici », a affirmé le député.

L’on se rappelle qu’un groupe de 3 députés avaient initié une proposition de lois concernant le bail et le loyer qu’ils ont déposé au parlement. Malheureusement, explique Mouctar Diallo, l’un des députés initiateurs de cette proposition de lois, le bureau de l’Assemblée Nationale n’a pas donné une suite favorable à cette proposition de lois. « Cela dénote un manque d’intérêt de certains députés aux problèmes des citoyens », a-t-il regretté.