Réquisition de l’Armée : le ministre Bouréma donne les raisons

0
443

Après avoir réquisitionné l’armée guinéenne pour maintenir l’ordre public en cette période de violences postélectorales, le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation Bouréma Condé est revenu sur les raisons de sa décision ce vendredi 23 octobre à la télévision nationale.

«En 2015 sous le numéro N009, notre Assemblée nationale a adopté la loi portant de maintien de l’ordre public en République de Guinée. Cette loi en son article 2, défini le maintien de l’ordre public comme étant l’ensemble des mesures visant à prévenir les atteintes à l’ordre et à le rétablir lorsqu’il est troublé. L’article 6 de la même dispose, le maintien de l’ordre public relève de l’autorité civile et exerce ses attributions sous la responsabilité du ministre en charge de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation. Le ministre en charge de la Sécurité et de la Protection Civile est responsable de l’organisation et de l’exécution des missions de maintien  et de rétablissement de l’ordre public.

Au regard des articles si dessus visés de la loi 009 et l’effectivité des atteintes à l’ordre public dans notre pays ces dernières semaines, troubles récurrents aggravés par l’usage des armes de guerre, de fusils de chasse, d’armes blanches, de moyens physiques d’obstruction voire le blocage intégral des routes nationales et préfectorales. Troubles aggravés par l’immobilisation des paisibles citoyens, empêchés de se déplacer et de vaguer à leurs quotidiens, la destruction des biens publics et privés et les pertes en vies humaines. Au regard de tous ces facteurs, j’ai réquisitionné sous le numéro 0408 MATD 2020 monsieur le chef d’état-major général des armées, ceci, au nom du peuple guinéen et en vertu des pouvoirs que me confèrent la loi en la matière en charge pour lui de prêter le secours de toute force et moyen jugé nécessaire par son autorité pour maintenir l’ordre partout où besoin sera sur l’ensemble du territoire national.

Préservons la paix au-delà de nos convictions politiques, religieuses, appartenances régionales pour sauver l’unité nationale pour le bonheur de chacun et de tous».

Propos transcrits par Sékou Sanoh pour Guinéenews.