Résolution de l’UE sur la Guinée : La lecture d’un ancien président de l’INDH

0
173
European Union flags are lowered at half-mast in honor of the victims of the Manchester attack outside the European Commission headquarters in Brussels Belgium May 23 2017 REUTERS Francois Lenoir

Le parlement européen a, dans une résolution adoptée ce jeudi, invité le président Alpha Condé au respect de la Constitution en vigueur et à faire la lumière sur les cas de personnes décédées durant les manifestations hostiles au régime. Le parlement n’a pas occulté ses préoccupations  portant sur la fourniture de matériel de sécurité et de répression aux forces de sécurité guinéennes, qu’il appelle à suspendre. Joint au téléphone ce vendredi 14 février par Guinéenews, l’ancien président l’Institut National des Droits Humains (INDH), Mamady Kaba pour sa lecture de la situation sociopolitique du pays.

A l’entame de cet entretien, M. Kaba a affirmé que cette résolution lui donne l’impression que la Guinée est en train de perdre des amis très importants et des opportunités de développement.

«Nous ne sommes pas d’abord au niveau de la catastrophe mais, c’est le bon moment de nous réveiller, de nous remettre en cause et d’ouvrir un dialogue constrictif et profond en vue de sortir de la crise. Je pense que cela va nous éviter non seulement des sanctions mais aussi des hostilités avec des amis importants. Je pense que c’est très important aujourd’hui de nous arrêter et prendre un chemin qui renforce nos amitiés avec l’Union Européenne ainsi que d’autres amis importants», a-t-il expliqué au bout du fil.

S’exprimant sur la raison qui a poussé l’UnionEuropéenne (UE) à prendre cette résolution, il lie cela à la crise que nous traversons depuis un bon moment où les positions sont tranchées, le dialogue n’arrive pas à se construire et le cœur l’aurait selon lui emporté sur la raison avec toutes les victimes que cela entraîne.

«C’est ce qui a conduit l’UE à prendre cette position qui est un avertissement mais qui ternit gravement l’image de la Guinée à l’international. L’UE confirme par cet acte l’ensemble des plaidoyers en cours dans le monde entier contre la Guinée. Je pense que cela n’augure pas de bien à la Guinée, l’avenir pourrait être difficile si nous nous entêtons à continuer dans le chemin actuel. On pourrait être surpris par des actions fortes et rigoureuses plus nuisibles à l’avenir. J’appelle le président de la République Alpha Condé à ouvrir grandement les portes du dialogue. Je rappelle que l’UE avait annoncé sa disponibilité à contribuer et à faciliter un dialogue inter guinéen. Je pense qu’il faut profiter de cette main tendue pour créer les conditions d’un dialogue franc et sincère pour sortir de la crise et continuer la construction de notre démocratie dans la paix et dans la stabilité», a-t-il conseillé.