Restructuration du RPG: l’appel de Bantama aux ministres et hauts cadres

0
1426

S’exprimant sur la restructuration du RPG Arc-en-ciel, le ministre des Sports, de la Culture et du Patrimoine Historique, Sanoussy Bantama Sow a invité ses homologues ministres, les directeurs généraux et autres hauts cadres à intégrer les instances du parti. Le ministre Sow a lancé cet appel ce samedi 2 février au siège national du parti à Gbessia.

«Pour renforcer les structures du parti, je tiens à inviter les ministres et tous les hauts cadres à intégrer le parti. Nous avons remarqué que dès que quelqu’un a un poste, il devient très fréquent au siège, mais une fois qu’il est révoqué, il cesse de venir à l’assemblée générale du parti», a-t-il dénoncé.

Pour le ministre Bantama Sow, si tu es RPG Arc-en-ciel, quel que soit ton rang, tu dois être un responsable dans un comité de base, dans une section, dans une sous-section ou encore dans une fédération.

«Les hauts cadres qui viennent s’asseoir à la tribune, après la restructuration du parti, quel que soit leur rang,  ils ne pourront plus intégrer le parti. L’administration est différente du parti. Mais ce n’est pas gênant pour un ministre ou un directeur général d’être président d’un comité de base, d’une section ou d’une fédération. Chaque ministre ou haut cadre doit être un centre d’attraction dans son quartier», a-t-il expliqué.

Parlant de l’édifice qui abrite le siège du RPG Arc-en-ciel, le ministre Bantama Sow a déclaré qu’un parti politique  ne peut pas avoir une telle infrastructure et se limiter à deux mandats seulement. «Comment on peut avoir un siège aussi imposant que le nôtre pour deux jours ou trois jours. Nous ne sommes pas inscrits pour 2020 mais plutôt, dans la continuation pour toujours. Vous avez vu le projet Conakry 2040, Pensez-vous qu’il sera réalisé par un autre ?», s’interrogé le ministre Bantama Sow. «Non !» ont répondu en chœur les militants.   Dans la même lancée, le ministre Sow s’est beaucoup appesanti sur la restructuration du parti. «Le parti est comme l’être humain. Il nait, grandit,  vieillit et meurt (…). Celui qui avait 20 ou 30 ans en 1991, il ne peut pas jouir aujourd’hui de la même force qu’il avait à l’époque. Il faut qu’il laisse la place aux jeunes pour que notre parti continue à régner pour toujours. Il faut que tout le monde trouve sa place dans les instances du parti. Ce n’est pas la chasse aux sorcières qui a commencé mais, c’est pour donner du sang neuf au parti», a-t-il expliqué.