voir Plus
    samedi, 17 avril 2021
    28 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Résurgence d’Ebola : la France n’arrêtera pas ses besoins aériens avec la Guinée (Ambassadeur)

    Durant la dernière épidémie d’Ebola en Guinée, certains pays avaient fermé leurs frontières à la Guinée. De nombreuses autres compagnies avaient aussi arrêté de desservir Conakry. Cela est-il à envisager avec la France ? La question vient d’être posée à l’ambassadeur de France en Guinée.

    « Pas du tout ! », a répondu d’emblée M. Marc Fonbaustier. Je vais simplement vous rappeler qu’on est dans un contexte spécial qui est un contexte de Covid-19. Dans ce contexte-la, l’Union européenne a pris une décision il y a plusieurs mois qu’on appelle techniquement la fermeture des frontières externes de l’Union. Mais vous avez bien compris que la fermeture des frontières externes de l’Union ne signifie pas la fin des relations physiques ».

    Le diplomate français, pour asseoir ses propos sur une base, en veut pour preuve : « Air France, une compagnie que vous connaissez bien, maintient sept vols par semaine, c’est-à-dire un par jour avec la Guinée, depuis le début. Ceci est le signe que notre solidarité se décline de plusieurs manières. Et c’est aussi une façon de rester solidaire de la Guinée et de ne surtout pas couper les relations physiques. Donc, il ne faut pas confondre la fermeture des frontières qui est une mesure technique, juridique et politique avec le fait qu’une frontière ait été complètement fermée. Nous avons une liaison physique maintenue », a-t-il précisé.

    Selon l’ambassadeur, il y aura une contradiction à fermer les liaisons aériennes quand on veut être proche de la Guinée et solidaire d’elle. « Donc, à ma connaissance, les mesures qui ont été prises pour Ebola sont simplement des mesures de contrôle de température avant l’embarquement. Et ça, c’est des mesures classiques. Et je vous rappelle une dernière chose, en 2014-2016, au pire de la crise Ebola, la France n’a jamais arrêté ses besoins aériens avec la Guinée », a-t-il conclu.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE