Retour à l’ancienne méthode de vente des vignettes: du pain bénit pour les délégués communaux de Labé

0
1104

Si l’année dernière, l’État Guinéen s’est frotté les mains avec l’initiative de l’ex- ministre du Budget Mohamed Lamine Doumbouya, qui a bel et bien marché à travers les paiements à partir des banques et des sociétés de téléphonie, cette année, le département vient de procéder à un revirement en revenant à l’ancienne stratégie de vente des vignettes qui s’effectue au niveau des services administratifs. Ceci, est un ouf de soulagement pour plusieurs responsables en service dans la commune urbaine de Labé.

C’est le cas de Mamadou Aliou Laly Diallo, délégué communal et futur maire de Labé: «l’année dernière, je tiens à préciser que cela a été vraiment catastrophique pour toutes les communes de Guinée. Parce que quand je prends le cas de la commune urbaine de Labé l’année dernière, toutes les communes ont eu le même montant. C’était vraiment catastrophique parce qu’on ne peut pas comparer le parc de la commune urbaine de Labé à celui de Noussy ou de Tountouroun qui sont toutes des communes rurales.»

En plus, cette année, le pourcentage des communes a été revue à la hausse a annoncé Aliou Laly Diallo. «Heureusement cette année, non seulement ils ont rehaussé le pourcentage parce que l’année dernière, c’est 25% qui revenaient à la commune, mais cette fois-ci, c’est 55%. Donc, c’est une très bonne nouvelle pour la commune de Labé», s’est-t-il réjoui.

Poursuivant, le délégué communal attire l’attention sur une autre pratique qu’il qualifie d’illégale: « les autres communes comme Koubia, Mali, Tougué et Lelouma ont l’habitude de venir vendre leurs vignettes à Labé. Donc, on lance un appel à tous les citoyens même si tu es ressortissant de Lelouma, à partir du moment où tu exerces des activités économiques au niveau de la commune urbaine de Labé, tu dois acheter les vignettes au niveau de cette commune.»

Sur le sujet, aucune autorité locale n’a pour l’instant accepté de se prêter à nos questions. En plus, il faut signaler qu’avec cette vieille méthode, les détournements ne se comptent pas dans les services chargés de la commercialisation de ces vignettes. Si l’année dernière avec le recouvrement sécurisé, autorités et citoyens se sont tous acquittés de cette taxe dans les règles de l’art, avec ce revirement, il ne sera pas surprenant de retrouver illégalement certains Responsables administratifs avec des dizaines de vignettes.