voir Plus
    samedi, 10 avril 2021
    31 C
    Conakry
    «Le plaisir de vous informer objectivement sans biaise ni tabou est notre crédo». YBS

    Retour des fines poussières d’alumine à Fria : attention, il y a danger pour la santé !

    Dans l’une de nos dépêches publiées en novembre 2019, nous signalions une pollution due à une échappée de poudres des fours de calcination de l’usine Rusal à Fria. Une pollution qui n’a guère laissé indifférent le ministère de l’Environnement qui a dépêché des experts sur place pour faire le constat. En dépit de cette mobilisation tant médiatique qu’administrative, la situation est apparemment loin de connaitre une solution idoine.

    Ces jours-ci et malgré la forte pluie qui s’est abattue sur le pays, cette poussière de l’alumine, continue de se répandre sur la cité.

    Pour savoir un peu plus sur les raisons de cette réapparition de fines poussières dans la ville, nous avons approché un technicien proche de la direction de l’usine. Celui-ci nous a livrés, sous l’anonymat, quelques témoignages sur les installations de la production de l’alumine.

    « Si la poussière continue de s’envoler dans l’air malgré la pluie, je confirme que ça va toujours continuer. Parce que le grand problème est que les dépoussiéreurs ne sont toujours pas en bon état. RUSAL n’a pas investi sur les dépoussiéreurs. Car, il faut savoir que la technologie de production de l’alumine est une technologie cyclique ou tantôt la grandometrie est fine ou bien on agglomère les grosses. Cela forme d’une sinusoïde dont le phénomène se répète tous les deux mois, une période de fines particules et la deuxième période de grosses particules. Ce qui veut dire que pendant la période de grosses particules, il y a moins de poussières d’alumine dans l’atmosphère. Mais quand elles sont fines et le circuit de dépoussiérage étant défaillant, il y a naturellement des envolées de poussières dans l’atmosphère. En résumé, le système de captage des poussières, ce sont des champs magnétiques qui sont formés. C’est comme l’anode et la cathode. Donc, les charges d’alumine sont dites négatives, vont se coller sur les charges positives à l’intérieur des plaques pourries.

    Le système de calcination se fait par tirage en créant une dépression dans un four et on tire les poussières qu’on envoie vers une cheminée. Ce qui veut dire qu’autant le système de dépoussiérage est en bon état, autant, on récupère au maximum de fines particules. Mais quand les dépoussiéreurs ne sont pas bons, les fines particules continuent leur chemin dans l’atmosphère. Rien n’a encore été fait par la société pour régler le problème. Seulement, il y a des entretiens périodiques sur les fours qui se font mais en réalité. Si, Rusal n’a pas investi spécifiquement pour arrêter cette poussière, cela va toujours continuer et la ville sera toujours polluée avec cette envolée de poussières d’alumine en fonction du cycle expliqué en amont. Parce que les fours ne sont pas en état de récupérer le maximum de poussières qui s’envole dans l’atmosphère », explique notre interlocuteur.

    Quelle solution pour sortir de cette pollution ?

    « Il faut que Rusal entretienne totalement son circuit de dépoussiérage en entretenant les caisses…, les redresseurs ; le champ électrique, qui est en réalité complètement défaillant, est à remettre à neuf. Ce qui demande beaucoup d’investissement et c’est ce que Rusal refuse de faire », dénonce-t-il.

    Impacts de ces poussières sur l’environnement 

    Ces poussières se déposent un peu partout : sur les véhicules, les toits des habitations, les aliments des vendeuses ambulants comme de la neige, les herbes, les feuillages des arbres sont recouverts de cette poudre blanche d’alumine et même les humains et les animaux ne sont pas épargnés.

    Actuellement, l’environnement et la santé des populations sont gravement affectés. Dans un futur très proche, si des dispositions ne sont pas prises par la direction de Rusal, la ville de Fria enregistrera assez de cas d’infections et de décès liés à cette poudre d’alumine.

    Réaction des citoyens face à cette envolée poussiéreuse de l’alumine

    Alpha Camara, élève dans un lycée de la place dit être désemparé par rapport à cette poussière qui le fait trop tousser ces derniers temps.

    « C’est compliqué avec cette poussière qui se répand sur la ville. On est constamment enrhumé, on tousse et on a même peur d’aller à l’hôpital au risque qu’on dise qu’on est atteint du Coronavirus. On est obligé de pratiquer l’automédication et rien n’est fait par les russes pour nous sortir de cette pollution », dénonce -t- il.

    Maciré Camara, elle, est gargotière en bordure de route en plein centre-ville. Elle plaint aussi de cette envolée des poussières provenant de l’usine. Mais se dit impuissante face à la situation : « j’avoue que nous sommes face à une situation très grave. Nous les pauvres femmes qui vendons en ville, nos aliments ne sont pas couverts juste pour permettre à nos clients de voir ce que nous vendons. Mais malheureusement, les poussières blanches se déposent sur nos aliments. Les protéger, est une bonne chose, mais les couvrir, a trop d’inconvénients sur la vente. Parce que les clients ne voient pas ce que nous vendons », s’est-elle plaint.

    Conséquences sur la santé des populations, selon les médecins 

    Evidemment ces poussières d’alumine regorgent des produits chimiques et qui sont très dangereux. Parce que ces produits provoquent des infections pulmonaires voire des cancers pulmonaires…, ce sont des maladies professionnelles dont souffrent les agents qui sont dans les unités pareilles telle que l’usine de d’alumine de Fria. Donc, ce n’est pas quelque chose d’occultée, c’est connu de tout le monde. La glycolyse est due aux poussières des produits chimiques dans des usines comme l’alumine, la bauxite…

    Les meilleurs moyens de préventions

    Selon les médecins, les mesures préventives sont multiples : d’abord le port des masques pendant les heures de travail au sein de l’usine, parce les travailleurs sont les plus exposés mais aussi par les citoyens qui le sont aussi. Le minimum que l’on puisse avoir, c’est le masque. Ensuite dès que vous sentez un petit problème de santé, c’est d’aller tout de suite consulter un médecin généraliste pour savoir s’il n’y a pas un problème lié aux infections pulmonaires les plus graves. Donc, nous conseillons aux citoyens de se protéger avec les masques afin de minimiser les risques d’infections pulmonaires.

    La direction préfectorale de l’environnement préoccupée

    Joint au téléphone par notre rédaction, le directeur préfectoral de l’environnement des eaux et forêts se dit préoccupé par cette réapparition de cette poussière d’alumine

     « Je constate comme vous la fine envolée de la poussière d’alumine, mais il faut d’abord reconnaitre que Fria est une zone minière comme d’autres préfectures industrielles. J’observe avec beaucoup d’attention et au moment venu, notre direction va réagir auprès de la direction de Rusal pour les mettre face à la réalité… », affirme Zaou Guilavogui, directeur préfectoral de l’environnement.

    Que dit la direction de la société face à cette situation qui continue de perdurer

    Contacté au téléphone pour avoir sa réaction suite à cette pollution, le DGA de l’usine Friguia, David Camara a préféré plutôt nous renvoyer vers la cellule de communication. Malheureusement, cette dernière n’a jamais voulu communiquer autour des problèmes liés aux installations de Rusal.     

    Au vu de cette pollution, de nombreux citoyens estiment aujourd’hui, à tort ou à raison, que la préoccupation actuelle de Rusal est plus la production de l’alumine que de faire face à la rénovation des installations de l’usine dont les installations sont devenues obsolètes avec l’âge.

    À LIRE AUSSI

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    Please enter your comment!
    Please enter your name here

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    PUBLIREPORTAGE