Retraits de 7 commissaires du processus électoral : réaction du Responsable de la communication de la CENI

0
481

La suspension de la participation des sept (7) commissaires venant de l’opposition au processus électoral en cours ne suffit pas pour empêcher perturber l’agenda de commission électorale nationale indépendante (CENI). C’est le commissaire Aly Bocar Samoura, directeur du département de la communication qui le dit dans lors d’un entretien accordé à Guineenews.

Déjà, la publication hier mercredi du communiqué sur la caution à payer pour les partis aspirant à participer aux élections législatives était une preuve que la CENI continue de dérouler ses activités. Même sans les commissaires « protestataires».  Ce qu’on ne savait pas, c’est jusqu’où les autres commissaires pouvaient aller sans leurs collègues venant de l’opposition.

Un entretien téléphonique accordé à Guineenews par le directeur du département en charge de la communication lève l’équivoque sur cette question. «  Tout se passe bien… le travail continue comme d’habitude. On continue à travailler…», répond-t-il. Et Aly Bocar Samoura d’argumenter que « la loi ne dit pas que s’il y a sept commissaires qui manquent on doit arrêter le processus.»

A la question de savoir si une élection organisée par la CENI sans ses 7 (sept) collègues ne risque pas de manquer de crédibilité, notre interlocuteur oppose le fait que ces commissaires n’aient pas démissionné de l’institution. «Pour nous, l’opposition est toujours représentée à la CENI. Tant qu’ils ne présentent pas leur démission, nous considérons qu’ils existent et qu’ils sont toujours au compte de la CENI et que le travaille qui est fait engage tous les (17) dix-sept membres…»

L’autre question abordée avec nous par M. Samoura, concerne l’enrôlement des électeurs et la demande faite par certains acteurs politiques pour une rallonge de la période du recensement. «Ce n’est plus d’actualités. » coupe-t-il. Même s’il reconnaît que ce n’est pas la faute à certains guinéens qui ne seront par recensés. Et à ces derniers, il conseille d’attendre la prochaine fois.